“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ils volent la sacoche d’un livreur : quatre mois avec sursis

Mis à jour le 29/12/2019 à 10:07 Publié le 29/12/2019 à 10:07
Trois mois ferme était requis à l’encontre du prévenu absent.	 (Illustration C.D.)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ils volent la sacoche d’un livreur : quatre mois avec sursis

Surprise et colère d’un livreur.

Surprise et colère d’un livreur. Le 31 juillet dernier, au retour d’une livraison effectuée au « Quai des Artistes » dans la matinée, sa sacoche, laissée sur le siège passager, a disparu avec son portable, 550 euros en espèces et divers objets. Le plaignant va conter ses ennuis chez les policiers. Une rapide exploitation des images de vidéosurveillance fournit aux enquêteurs de précieuses preuves. Ils visualisent l’arrivée d’une camionnette. Elle s’arrête à hauteur du fourgon de la victime.

Deux hommes en descendent et s’affairent autour de l’utilitaire. Les deux voleurs, toujours présents sur le territoire monégasque, sont repérés et contrôlés peu de temps après leur méfait. Ce sont des quadragénaires italiens. Le premier est en possession d’un billet de 500 euros. Le second n’a rien sur lui mais les inspecteurs découvrent la pochette 200 mètres plus loin. L’intégralité des objets volés restituée, les deux aigrefins étaient convoqués devant le tribunal correctionnel. Seul le maçon avait fait le déplacement depuis Vintimille pour se présenter à la barre.

Déjà un casier en Italie pour homicide involontaire

« Étiez-vous venus à Monaco pour voler ? », demande le président Jérôme Fougeras Lavergnolle (*). « On travaillait à Monaco, répond le prévenu. C’est l’occasion qui a fait le larron quand on s’est aperçu que le véhicule n’était pas fermé à clef avec les affaires à l’intérieur. »

Le magistrat note six mentions, de 1992 à 2016, sur le casier judiciaire italien « pour violences, port d’arme, homicide involontaire… » A l’heure des réquisitions, le premier substitut Olivier Zamphiroff se lance dans une démarche qui consiste à se mettre à la place du transporteur.

« C’est triste pour un livreur de cartons en provenance d’un domaine viticole de se retrouver dépossédé de ses biens alors qu’il travaille pour gagner sa vie. Arrivent deux individus qui ont cru utile de s’attaquer au patrimoine du chauffeur. Quel intérêt de s’en prendre à cet employé qui assure des livraisons ? Considérez le parcours judiciaire du prévenu à la barre. Condamnez-le à une peine avec sursis, mais pas inférieure à quatre mois. Quant à l’autre, absent, il mérite trois mois ferme. »

Sans avocat défenseur et la reconnaissance des faits par le coupable, le tribunal se retire pour délibérer. Les deux Transalpins auront droit chacun à la même peine : quatre mois de prison avec le bénéfice du sursis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.