Rubriques




Se connecter à

Ils louent des appartements pour organiser des fêtes sauvages depuis des mois, les voisins sont à bout

À Cap-d’Ail, les habitants de la résidence Costa Plana sont à bout. Depuis près d’un an, les fêtes sauvages dans les locations saisonnières se multiplient. Entre nuisances sonores et incivisme.

Marie Cardona Publié le 25/03/2021 à 08:52, mis à jour le 25/03/2021 à 11:53
Le protoxyde d'azote, un gaz hilarant qui fait partie de la panoplie des fêtards Photo Jean-François Ottonello

Vue d’en bas, elle semble suspendue à la falaise. Imaginée par l’architecte Jean Nouvel pour le groupe Pierre et Vacances, la résidence Costa Plana (Le groupe a cessé l’exploitation du site. Certains appartements sont néanmoins mis en location saisonnière par leur propriétaire, N.D.L.R.) jouit d’une vue sur la mer à couper le souffle.

Audacieux mélange de pierre et de bois, Costa Plana présente tous les atouts d’un écrin de sérénité aux portes de Monaco.

Initialement résidences de tourisme, les petits immeubles en escaliers ont peu à peu été investis par leurs propriétaires pour y résider. Quelques dizaines d’appartements, sur les 175, y seraient désormais occupés à l’année.

 
À l’heure des réseaux sociaux, la bonne adresse s’est vite répandue auprès des jeunes. Photo Jean-François Ottonello.

Drogues, alcool et musique à fond

Mais pour ces habitants, ce havre de paix s’est récemment transformé en cauchemar.

Adieu la quiétude. Oublié le bleu de la Méditerranée. Depuis près d’un an, aux dires des voisins, la résidence aurait pris des allures de mini-discothèque, où des groupes de jeunes se retrouvent pour faire la fête.

"Je n’ai pas dormi de la nuit ce week-end. Ni le week-end dernier. Ni le précédent. Et ça dure depuis plus d’un an." Ce résident – qui souhaite conserver l’anonymat – est épuisé. Vidéos et photos à l’appui, il déroule les preuves de son "cauchemar", qui a commencé "un peu avant le premier confinement ".

"Tous les week-ends, et parfois même en semaine, c’est la même chose. Les jeunes arrivent vers 22 h malgré le couvre-feu, récupèrent les clés des appartements dans une boîte à clés au niveau des boîtes aux lettres. Et ça commence."

Les images filmées par les voisins montrent la suite de ces soirées: musique à fond, stroboscopes, chichas, douches de champagne version Nikki Beach à Saint-Tropez et hurlements jusqu’au petit matin. Dans plusieurs appartements simultanément, parfois. "Début novembre, 13 appartements ont été loués en même temps. Le PSIG [Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie, N.D.L.R] est même intervenu", assure un locataire, qui souhaite également rester anonyme.

 

Le lendemain, bouteilles de protoxyde d’azote [le protoxyde d’azote est un gaz à usage médical aussi appelé "gaz hilarant" en raison de son effet euphorisant. Son usage détourné consiste à inhaler le gaz par le biais d’un ballon], ballons usagés, cadavres de bouteilles abandonnés dans les couloirs sont les derniers témoins de la fête. Et même le week-end dernier, des douilles… "Il y a de la casse. Les places de stationnement attribuées sont régulièrement squattées. Certains jeunes urinent dans les parties communes, nous insultent", assurent plusieurs témoins.

Tous pointent l’une des gestionnaires de certains logements, la société Sara Riviera. Celle-ci aurait en gestion une trentaine d’appartements, dont le tarif à la nuitée est affiché à une centaine d’euros, ou à peine plus. Avec une caution fixée à 100€.

À l’heure des réseaux sociaux, la bonne adresse s’est vite répandue auprès des jeunes. "Il peut s’agir d’enfants de bonnes familles de Monaco comme de jeunes des cités de Nice."

Le syndic de la copropriété confirme et déplore: "Costa Plana est devenu un endroit sympa où faire la fête."

Le syndic impuissant

Et d’ajouter: "C’est une des dérives du phénomène de confinement, qui provoque des nuisances considérables. Des courriers ont été adressés pour informer tous les responsables. La prochaine étape, c’est l’assemblée générale de copropriété, le 1avril. Les copropriétaires, s’ils sont majoritaires, pourront décider si nous lançons une procédure judiciaire."

 

Du côté de la gendarmerie, on confirme que "des plaintes ont été déposées et des enquêtes sont en cours". "Nous intervenons dès que nous sommes sollicités et nous continuerons à le faire."

À Costa Plana, les habitants désespèrent. La situation serait devenue tellement invivable que certains se sont résolus à partir. "Mes locataires n’en peuvent plus. Ils mettent fin à leur bail", confie une propriétaire. Et un riverain de confirmer: "On ne paie pas plus de 1.000 euros de loyer pour se retrouver tous les week-ends en boîte de nuit."

Dans le parking, lieu improvisé pour stocker le linge. Photo Jean-François Ottonello.

"Victime d'une chasse aux sorcières"

Au téléphone, la gestionnaire incriminée se défend: "je suis en train d’essayer d’arrêter tout ça. Je pense à suspendre les locations le vendredi et le samedi".

Face aux accusations des habitants, elle tente de nuancer. "Ce n’est pas la fête tous les week-ends, seulement pendant les confinements."

La jeune femme explique être propriétaire de cinq appartements, en plus des 25 autres qu’elle aurait en gestion. Un parc immobilier qu’elle gère seule, aidée d’une femme de ménage. Se serait-elle fait dépasser? "Cela fait 7 ans que je fais ça et je n’ai jamais eu de telles difficultés. J’ai mis en place des protocoles pour minimiser les risques. J’accueille mes clients. Je leur demande de se présenter masqués et au même nombre que la réservation. J’appelle systématiquement les clients qui réservent à la dernière minute pour savoir d’où ils viennent, pourquoi ils viennent et je leur rappelle que la consommation de protoxyde d’azote n’est pas tolérée. J’ai fait installer des outils appelés “Minut" dans les appartements qui m’alertent du bruit, de la fumée et des mouvements anormaux. Et j’interviens quand il le faut. »

Dans un mail, elle précise: « J’ai augmenté la caution [la passant de 50€ à 100€, N.D.L.R.] et l’ai étendue au-delà des dommages matériels. Elle couvre maintenant les motifs suivants: va-et-vient, mobylettes, invités surprises, chichas, ballons, enceintes. Nous, loueurs, sommes en étroite collaboration afin de nous assurer que les clients que nous refusons ne réservent pas chez d’autres.

La Covid-19 a gravement affecté l’activité touristique. La clientèle traditionnelle a disparu, ce qui a conduit les établissements hôteliers qui veulent survivre à baisser leurs tarifs à des niveaux historiquement bas pour avoir une sorte de "cash-flow". »

Faute à demi avouée? Car les résidents de Costa Plana n’en démordent pas. Ils ne voient pas d’amélioration. "Je suis victime d’une chasse aux sorcières parce qu’ils savent que je vais tout racheter dans cette résidence. Je ne veux pas en faire un repaire de racailles mais l’équivalent d’un hôtel 3 étoiles". Elle dit avoir porté plainte.

Le gestionnaire reçu par le mail

Plusieurs propriétaires de la résidence Costa Plana ont écrit au maire de Cap-d’Ail, Xavier Beck, pour solliciter son intervention. "Je compatis car cela fait des mois que ces résidents subissent des nuisances à la suite de locations qui sont accordées à des personnes qui n’ont que très peu de soucis de gêner ou pas leurs voisins", déplore l’élu.

Et de poursuivre: « Il semblerait que la gestionnaire de ces appartements soit assez peu regardante sur ses locataires. À la Toussaint l’année dernière, à la suite d’un incident, je l’avais reçue. Elle m’avait alors expliqué que c’était une très mauvaise expérience et qu’elle le regrettait amèrement. Mais cela s’est reproduit plusieurs fois après. L’erreur est possible. Mais lorsqu’elle se renouvelle, on peut avoir des doutes sur la bonne foi. Il y a visiblement un manque de vigilance de la part de cette gestionnaire.

Les gendarmes font ce qu’ils peuvent pour limiter les nuisances en fonction des infractions, notamment lors des allées et venues pendant le confinement ou le couvre-feu ou lorsqu’il y a des appels pour tapage nocturne. Mais lorsque ce sont des troubles du voisinage au sein d’une copropriété, ni les gendarmes ni la mairie ne peuvent faire quoi que ce soit. »

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.