“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Il y a 150 ans, création de Monte-Carlo

Mis à jour le 21/05/2016 à 05:04 Publié le 21/05/2016 à 05:04
Le premier casino des Spélugues, inauguré le 18 février 1863, est situé au même endroit que l'actuel.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il y a 150 ans, création de Monte-Carlo

Retrouvez chaque mois la chronique monégasque, proposée par le Comité national des traditions monégasques

L'Ordonnance souveraine du 1er juin 1866 qui créa Monte-Carlo, le Mont-Charles, en hommage au prince Charles III, était ainsi rédigée : « Les terrains de la commune de Monaco compris, entre le torrent de Sainte-Dévote et le chemin dit de Franciosi et, entre la grand-route de Monaco à Menton et le rivage de la mer, prendront à l'avenir le nom de, quartier de Monte-Carlo. »

Depuis très longtemps, ce quartier s'appelait « Le Plateau des Spélugues » (en monégasque spelüga, spelüghe au pluriel) qui signifie grotte ou caverne. En effet on trouve, dans un acte d'un règlement daté du 28 mai « de l'an du Seigneur 1324 » rédigé en latin, qui allait mettre fin à des litiges entre des pêcheurs monégasques et turbiasques, la mention « dans le lieu-dit des Spélugues ».

Ce Plateau des Spélugues n'est qu'un promontoire rocheux désertique où il y avait seulement des citronniers et des oliviers au début de la deuxième moitié du XIXe siècle. Sous l'impulsion d'un prince visionnaire, Charles III, et d'un homme d'affaires exceptionnel, François Blanc, ce quartier va connaître un essor rapide et une prospérité croissante.

« Une transformation s'opère sous nos yeux, lit-on dans le premier numéro du Journal de Monaco L'Eden du 30 mai 1858. En face du vieux Monaco si riant et si pittoresque, s'élève une cité nouvelle sur le riche plateau des Spélugues. Puissante par ses capitaux et l'intelligence des hommes qui sont à la tête, la Société des Bains de Monaco vient de jeter les fondements d'un monument grandiose autour duquel vont se grouper de magnifiques hôtels et des villas élégantes… Partout enfin règne une activité fiévreuse et des projets gigantesques sont en cours d'exécution. »

En effet, après quelques tentatives infructueuses, le 2 avril 1863, François Blanc rachète la concession des jeux et fonde la Société des Bains de Mer et du Cercle des Étrangers. Ainsi naquit le sigle SBM de prestigieuse destinée. Le premier casino des Spélugues, situé au même emplacement que le casino actuel, a été inauguré le 18 février 1863 et, en janvier 1864, l'ensemble de l'Hôtel de Paris est ouvert au public. Ainsi réussit-il à faire de Monaco autour de son casino, de ses thermes et de son grand hôtel, l'une des stations touristiques les plus chic d'Europe.

Devant cette notoriété de plus en plus grande le vocable disgracieux et péjoratif de « Spélugues » déplaisait à François Blanc, d'autant plus qu'en allemand « Spelunke » signifie un repaire, un bouge, une maison louche, un tripot. N'oublions pas que ce même François Blanc venait de créer la station thermale de Bad-Hombourg en Allemagne pourvue d'un casino et connue de l'Europe entière. Il paraissait donc évident de trouver un autre nom à ce nouveau quartier. Il transmet au Prince son vif désir de voir la cité nouvelle baptisée d'« un nom digne de l'avenir qui lui est réservé ». Il propose Charlesville, mais aussi Albertville du nom du fils de Charles III, ou encore Elysée-Albert, en lien avec le nom du casino. Mais c'est le nom de « Monte-Carlo » qui fut choisi et qui désormais résonne dans le monde entier.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.