“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Il s'est battu contre le cancer sur tous les fronts, Maurice Gaziello, l'ancien directeur du CHPG, est décédé

Mis à jour le 17/11/2020 à 13:20 Publié le 17/11/2020 à 13:09
Maurice Gaziello s’est éteint à l’âge de 79 ans.

Maurice Gaziello s’est éteint à l’âge de 79 ans. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il s'est battu contre le cancer sur tous les fronts, Maurice Gaziello, l'ancien directeur du CHPG, est décédé

Ce Monégasque, ancien directeur du CHPG, s’est éteint ce vendredi à l’âge de 79 ans. Sa lutte contre le cancer n’était pas que physique mais aussi associative. Retour sur une vie bien remplie.

Ce fut le combat de trop. Vaillant et résilient face à plusieurs cancers, Maurice Gaziello n’a pas remporté une ultime bataille face à la maladie.

À l’âge de 79 ans, ce discret Monégasque (re) connu pour son engagement associatif et professionnel en Principauté s’est éteint au Centre hospitalier Princesse-Grace de Monaco.

Une structure qu’il connaissait bien pour l’avoir dirigé, de 1973 à 1990, après en avoir été le directeur adjoint et après une expérience de consultant en santé publique en Côte d’Ivoire. "Maurice a permis à l’hôpital de passer d’une ère presque médiévale à la modernité", confie François-Jean Brych, président du Groupement des entreprises monégasques dans la lutte contre le cancer (Gemluc).

Les deux hommes ont noué une solide amitié à la Jeune chambre économique de Monaco - que Maurice Gaziello présidait dans les années quatre-vingt - mais c’est au Gemluc que celle-ci a résisté à l’épreuve du temps. "Maurice était le vice-président, mais surtout l’un des piliers de l’association ces quinze dernières années (Il était aussi président fondateur de la Fondation Gemluc-Pollock, ndlr). Il a animé cette lutte contre le cancer avec une discrétion et une efficacité qui n’avaient d’égales que la simplicité et la brillance de sa personnalité", confie-t-il.

Grâce au legs de 4,5 millions d’euros d’un Britannique résidant à Monaco, Maurice Gaziello avait, notamment, convaincu le conseil d’administration de financer, à hauteur de 130.000 euros annuels sur cinq ans, une recherche fondamentale au Centre scientifique de Monaco.

Après son mandat à l’hôpital, c’est dans l’administration monégasque que Maurice Gaziello poursuit sa carrière.

Comme directeur de l’Action sanitaire et sociale puis des Ressources informatiques, avant de prendre la tête du Département des Travaux publics et des Affaires Sociales. En 2000, il succède à Gilles Tonelli au poste de contrôleur général des dépenses.

Un goût pour la musique, les livres et les voyages

Malgré un père (Emile) conseiller national, son expérience politique ne se résumera qu’à une furtive apparition sur la "liste nationale d’action et de progrès", opposée à celle de Jean-Louis Campora.

Sans succès puisqu’il n’obtiendra pas le nombre de voix nécessaire pour siéger dans l’hémicycle. Il créera également le Cercle d’étude pour l’avenir de Monaco (CEPAM), un groupe de réflexion.

Ses moult diplômes en sciences politiques, en ingénierie, en santé publique ou encore en sociologie laissaient déjà présager un goût certain pour l’éclectisme.

Un trait de personnalité que l’on retrouvait dans sa passion viscérale pour la musique et la littérature. "Il possédait des milliers de livres et en dévorait au moins dix par semaine, avec un intérêt pour des sujets différents. C’était un homme de culture, de convictions aussi avec son petit caractère", sourit son fils, Jean-François Gaziello.

La retraite, en 2006, ne fut pas l’occasion, pour lui, de lever le pied. Bien loin de là. Malgré une santé défaillante, Maurice Gaziello a continué de distiller ses conseils en politique sanitaire en Afrique.

Il fut aussi membre du Conseil économique, social et environnemental. "Sa retraite a aussi été l’occasion de découvrir le monde par les voyages sur les cinq continents. Ça allait de pair avec sa passion pour l’éclectisme culturel, poursuit son fils. Il a notamment fait partie du premier voyage touristique en Irak après la deuxième Guerre du Golfe."

À son âme sœur, Betty, avec qui il venait de fêter ses soixante ans de mariage, à ses quatre enfants - Anne, Emmanuelle, Marina et Jean-Christophe, à ses 13 petits-enfants et son arrière-petite-fille, Monaco-Matin présente ses sincères condoléances.

Un moment de recueillement aura lieu ce mercredi, à 14h30, au monument aux morts du cimetière de Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.