Rubriques




Se connecter à

Il n'y a pas que des voitures au 3e Salon international de l'automobile à Monaco, voici les stands à ne pas manquer

Les voitures du 3e Salon international de l’automobile de Monaco sont garées, depuis jeudi, sous les tentes du quai Albert-Ier. Elles ne sont toutefois pas les seules à y avoir élu domicile.

Romy Fuster Publié le 03/03/2019 à 13:00, mis à jour le 03/03/2019 à 12:23
Les stands de nourriture régalent les visiteurs. Photo Jean-François Ottonello

Quand on pense au salon de l’automobile, on pense en premier aux jolies voitures. Forcément. Pourtant, il n’y a pas que des belles bagnoles, puissants bolides et autres concept-cars écolos pour satisfaire le public et contribuer au succès de l’événement. Stands de nourriture locale et européenne, courses de quads, simulateur de course comme si vous y étiez, vente de produits dérivés - des casquettes au matériel d’entretien… Au Siam, on a le choix. Pour le plaisir et en guise de lots de consolation pour tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir la voiture de leurs rêves.

Des Foods trucks à foison

Forcément, déambuler à travers les allées du salon, ça creuse! Hamburgers, tortillas, socca ou encore sushis… Les mets ne manquent pas pour satisfaire les papilles des visiteurs.

Plusieurs stands sont implantés ici et là, et proposent tous des formules différentes. Chez les Frères Toqués, les produits frais faits maison sont à l’honneur. À la carte, les hamburgers mexicains, au roquefort et même au foie gras se mêlent aux crêpes et autres douceurs. Le pain est même certifié bio.

Plus loin, Planet Sushis a pris ses quartiers entre deux Lamborghini : « Nous avons du monde entre midi et deux. L’après-midi, c’est surtout les boissons qui partent vite », assure Amin Samir, vendeur, très confiant quant à l’affluence du week-end.

 

Et pour tous ceux qui seraient attachés aux spécialités culinaires, rendez-vous au stand de socca, où les plus gourmands pourront déguster la spécialité locale, tout juste sortie du four à bois.

À côté, Pata Negra propose sandwiches et assiettes de jambon corse. À 9 euros le sandwich au jambon et 40 euros l’assiette de jambon cru, il y en a pour toutes les bourses.

Les amateurs de bons vins ne sont pas en reste, bouteilles de vin rouge et vin pétillant de la marque Lambrusco di Modena trônent sur une table.

"Promotion : deux bouteilles à 10 euros", peut-on lire en italien. De quoi se faire plaisir à moindre coût. La crème de vinaigre balsamique à 6 euros et l’authentique parmigiano reggiano à 25 euros, régalent aussi les gourmets.

Les produits dérivés ont la côte

Photo Jean-François Ottonello.

Polos, vestes, doudounes, chemises, t-shirts, pulls, casques, casquettes, gants et même costumes… "Sir Gentleman Driver" compte bien relooker les amoureux de l’automobile.

 

Cette enseigne parisienne a pour objectif principal de se faire connaître en Principauté.

"Nous rendons hommage au monde de l’automobile", déclare Guillaume Bertrand, ambassadeur de l’entreprise.

La marque, dédiée aux hommes sportifs et chics, est sans aucun doute au bon endroit pour vendre l’élégance et le style des pilotes.

Photo Jean-François Ottonello.

Et pour les branchés déco, des bibliothèques en bois en forme de célèbres circuits - dont le tourniquet monégasque -, sont aussi proposées à la vente, à partir de 300 euros.

Créativité, passion et design sont les maîtres mots de cette start-up italienne basée à Milan. Depuis son démarrage l’année dernière, elle connaît un véritable succès.

Un circuit a d’ailleurs trouvé preneur dès le premier jour.

Dans la peau d'un pilote de F1

Photo Jean-François Ottonello.

Un salon de l’auto ne serait pas un vrai salon de l’auto sans les animations qui l’accompagnent. Cette année, petits et grands peuvent profiter du simulateur de Formule 1, loué par la société JCL Sim Racing pour l’occasion.

 

Le cockpit dispose de positions de conduite adaptables et précises permettant au mieux une simulation de conduite personnelle et évolutive, au plus proche du réel.

Un engin testé et approuvé par le pilote Romain Dumas et qui plaît toujours autant: "L’année dernière, ça avait bien marché. Cette année aussi on espère. C’est un concept que les gens adorent", assure Jean-Christophe Godard, fondateur de la société.

Photo Jean-François Ottonello.

Plus loin, le parcours Kids Racing est proposé aux enfants âgés de 3 à 9 ans. L’initiation au pilotage de quads électriques a déjà son public. Un jeune amateur enfourche le véhicule et heurte rapidement les parois gonflables qui entourent le parcours.

Il est encouragé par son grand frère: "Allez, va plus vite!" Difficile d’accélérer, les engins ne dépassant pas les 30 km/h.

Plus loin, des voitures miniatures occupent le coin des enfants. Mercedes, Volkswagen, Audi, ou encore Mini Cooper. Il ne reste plus qu’à choisir…

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.