“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Il m’avait proposé 1.000€ et il m’a remis 300€." Insatisfaite de son salaire, une prostituée se sert dans la poche de son client

Mis à jour le 04/02/2020 à 11:36 Publié le 03/02/2020 à 07:10
Le palais de justice de Monaco

Le palais de justice de Monaco Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Il m’avait proposé 1.000€ et il m’a remis 300€." Insatisfaite de son salaire, une prostituée se sert dans la poche de son client

Une jeune femme de 28 ans comparaissait devant le tribunal correctionnel de Monaco. Elle faisait l’objet d’une procédure de recherche pour vol.

Quelquefois le hasard fait mal les choses. C’est le cas d’une jeune femme de 28 ans. Cette Niçoise est remarquée au cours des derniers jours, vers 4h30, pour son attitude inappropriée sur la voie publique devant l’hôtel Fairmont à Monaco. Contrôlée, elle est ivre!

Cerise sur son ébriété, elle détient dans son sac à main un sachet de 0,40 gramme de résine de cannabis. Mais elle fait également l’objet d’une procédure de recherche pour vol.

Le 28 avril 2019, en effet, un habitué du palace était venu conter sa mésaventure, dans des circonstances bien particulières, à la sûreté publique. Il avait fait connaissance d’une femme aux plaisirs tarifés.

Après sa petite affaire, il est reparti soulagé... d’une fraction du contenu de son portefeuille, probablement quand il était encore dans la chambre.

"Je n’arrivais plus à joindre les deux bouts"

À la barre, la prévenue reconnaît se prostituer occasionnellement à ses heures, afin d’arrondir ses fins de mois.

« Comment faire face à toutes les charges, indique-t-elle au président Jérôme Fougeras Lavergnolle, quand on a juste un salaire d’aide-comptable pour unique budget d’un petit ménage ? Je n’arrivais plus à joindre les deux bouts pour vivre. J’ai même joué au casino après avoir emprunté une grosse somme... Sans décrocher le moindre gain ! »

La jeune femme va très vite comprendre le « mode d’emploi » : arpenter un périmètre de macadam de l’avenue des Spélugues.

« Cela ne vous est pas reproché, recadre le magistrat. Vous êtes devant ce tribunal pour une infraction de vol et de détention de stupéfiants. Expliquez votre comportement. »

À l’époque des faits, la prévenue s’estimait insatisfaite de son dû après le rapport sexuel. « Ce client m’avait proposé 1 000e € auparavant et dans la chambre il m’a remis 300€. »

La jeune femme a profité d’un moment d’égarement de son partenaire d’un soir pour lui faire les poches.

Une liasse de billets de 500€ apparaissait insérée dans le passeport. « J’ai pris deux billets de 500€ afin de récupérer le montant convenu pour ma prestation », conclut la prévenue.

Le premier substitut Cyrielle Colle passe outre la série de coïncidences mélangées de destin.

« On ne prend pas l’argent de tout un chacun même s’il a des Rolex. Même si vous êtes dans une situation personnelle compliquée jusqu’à en venir à la prostitution. C’est du vol ! Et les voleurs d’argent doivent être sanctionnés par des peines d’amendes du double de la somme dérobée. Ou bien vous prononcerez quinze jours d’emprisonnement assorti du sursis. »

Avant d’être fixée sur sa condamnation par le tribunal à 1.000€ d’amende ferme, cette femme s’est défendue par une simple phrase. « Je n’avais pas pensé aux conséquences, c’est la première et la dernière fois... »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.