Rubriques




Se connecter à

Il emboutit sa Rolls-Royce en lisant un texto

Il vaut mieux renoncer à lire un SMS en conduisant! Un Franco-Portugais de 35 ans n'a pas respecté cette consigne le 5 décembre 2015.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 03/06/2017 à 10:15, mis à jour le 03/06/2017 à 09:36
Le prévenu, absent à l'audience, a été condamné pour avoir causé un accident en lisant un SMS. (Illustration Franz Chavaroche)

Son attention détournée vers 5 h 50, les yeux rivés sur son smartphone, le conducteur a encastré sa Rolls-Royce noire, immatriculée en Principauté, dans les barrières de protection du rond-point situé au niveau de «La Rose des Vent», sur l'avenue Princesse-Grace.

Puis il a fui pour se réfugier dans son appartement de la rue des Citronniers, boire quelques verres de vodka pour se remettre de ses émotions et se reposer. Une version somme toute sibylline de l'affaire évoquée devant le tribunal correctionnel, malgré l'absence du prévenu, toutefois représenté par son conseil.

Sans la réaction d'un agent de la SMA qui avertissait les services de police qu'un accident venait de se produire, le conducteur, au volant de sa somptueuse limousine ce matin-là, aurait-il été poursuivi par la justice?

Toujours d'après le même témoignage, le chauffard avertissait qu'il allait dormir quelques heures avant de se rendre à la Sûreté publique afin de rembourser les dégâts occasionnés. Les fonctionnaires, plus pragmatiques, ont préféré se fier aux enregistrements de la vidéosurveillance.

 

Rien de tel pour identifier le conducteur d'après la lecture de la plaque minéralogique.

15 jours avec sursis

«Interpellé et interrogé par les inspecteurs, annonce le président Florestan Bellinzona, ce directeur commercial avait encore 0,68 mg d'alcool dans le sang. Il déclarait n'avoir jamais eu l'intention de fuir. Il estimait qu'il était plus prudent de mettre son véhicule au parking à quelques mètres du quai de chargement du Grimaldi Forum, plutôt que de le laisser sur le bas-côté de la chaussée. Il reconnaissait avoir perdu le contrôle de sa Rolls-Royce, car il lisait un texto sur son portable.»

Le magistrat relève également que l'auteur des faits avait «déménagé depuis deux ans pour se domicilier à Beyrouth. Donc ne résidant plus en Principauté, son permis monégasque n'était plus valable. Et aucune démarche n'avait été entreprise auprès des autorités libanaises pour procéder à l'échange du document».

 

Si l'ivresse n'est pas, semble-t-il, la cause du choc, le procureur général adjoint Hervé Poinot veut sévir devant les multiples infractions. «Est-ce prudent de répondre à un SMS? Ce personnage est coupable d'un défaut de maîtrise! Du délit de fuite également: c'est l'absence d'un comportement actif après l'accident. Comme il n'habite plus en Principauté, Il ne pouvait pas présenter son permis.» Et de réclamer dix jours de prison!

Mais pour la défense, les trois infractions ne tiennent pas la route. Me Arnaud Cheynut cite l'article 10 pour le défaut de maîtrise. Le permis de conduire porte une validation postérieure à la date des faits : il est valable.

La fuite? L'automobiliste s'arrête, constate les dégâts, stationne son véhicule au parking de L'Estoril et revient sur les lieux pour se faire connaître. «Il faisait nuit, précise-t-il. Epuisé, il désirait se reposer après le choc psychologique subi. À aucun moment il n'a eu l'intention de se soustraire. Vous ne pourrez entrer qu'en voie de relaxe pour mon client.»

Les juges relaxeront le prévenu pour le défaut de permis. Mais ils le condamneront à quinze jours avec sursis pour le délit de fuite, plus une amende de 45 euros pour le défaut de maîtrise.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.