“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Il appelle aux dons pour planter 200 citronniers sur les hauteurs de Super Garavan

Mis à jour le 04/10/2016 à 05:13 Publié le 04/10/2016 à 09:00
Le père d'Adrien, Laurent Gannac, possède déjà 250 citronniers. C'est grâce à lui que le Mentonnais  de 25 ans a acquis un savoir-faire qui lui sera bien utile pour sa future exploitation.

Le père d'Adrien, Laurent Gannac, possède déjà 250 citronniers. C'est grâce à lui que le Mentonnais de 25 ans a acquis un savoir-faire qui lui sera bien utile pour sa future exploitation. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il appelle aux dons pour planter 200 citronniers sur les hauteurs de Super Garavan

Sur une plateforme de financement collaboratif, Adrien Gannac, un Mentonnais de 25 ans, invite des donateurs à soutenir son projet d'agrumiculture. Projet ambitieux passionné…

Les citrons, il est né dedans. Le nez toujours fourré contre son écorce d'un jaune vif parfumé. Toujours dans les pattes de son père paysagiste et pépiniériste, Laurent, pour chouchouter le fruit d'or et le récolter. «Il a planté son tout premier citronnier en 1991, l'année où je suis né», se souvient Adrien Gannac, lunettes rondes et barbe de trois jours.

Sur son temps libre, ce Mentonnais de 25 ans a longtemps épaulé son paternel dans sa passion débordante d'agrumiculteur, «pour quelques sous». Aujourd'hui, le «petit» Gannac veut faire son nid. Reprendre le flambeau et pérenniser l'héritage familial.

«Mon père vivait pour ses agrumes et non grâce à ses agrumes. Moi si!» Du coup, Adrien décide de se lancer dans un projet un peu fou, mais ambitieux. Planter deux cents citronniers et utiliser sa récolte pour en faire des produits transformés.

Une exploitation à Super Garavan

En 2015, il tourne le dos à une carrière toute tracée dans la grande distribution. Puis fait ses gammes au lycée horticole d'Antibes (1) pour renforcer un savoir-faire, déjà bien solide pour son jeune âge.

Reste à trouver le terrain pour son exploitation agricole. C'est chose faite, il y a peu, après avoir déboursé 100.000 euros, bien aidé par la confiance des banques. Un hectare de friche, gangrené par les ronces et autres mauvaises herbes, sur les hauteurs de Super Garavan.

Un havre de paix, entre terre et mer, pour cultiver l'excellence IGP (2). Un peu plus bas, une vieille bâtisse délabrée fait face à la grande bleue. C'est là que son laboratoire, L'Atelier du citron, transformera le fruit d'or. «Confiture, gelée, citron confit, liqueur, sirop, pâtisserie, guimauves, cookies…», liste Adrien, également fin cuisinier grâce à sa mère.

«Soutenir un patrimoine local»

Il s'y voit déjà, c'est certain. Mais le budget est serré. Et l'aventure ne sera vraiment sur de bons rails que lorsque 10.000 euros supplémentaires auront garni sa cagnotte. «Cela équivaut à la plantation des arbres, au réseau hydraulique, à la clôture électrique…»

La question d'un financement collaboratif germe alors avec la plateforme KissKissBankBank. N'importe quel inconnu peut ainsi donner un coup de pouce salutaire à Adrien, que les banques n'ont pas pu plus soutenir, avec une contrepartie à la clé. «J'ai utilisé ce mode de financement car cette trésorerie pourrait définitivement lancer le projet. Mais aussi pour faire partager notre amour du produit. C'est, pour les donateurs, l'occasion de soutenir un patrimoine local, une transmission familiale et un produit d'excellence.»

Plus que 42 jours pour lui venir en aide et déjà 3 870 euros dans la besace. Un bon espoir pour Adrien de réaliser un rêve qu'une grande majorité de jeunes n'oseraient même pas tenté. Car trop risqué. «Pour une plantation de ce type, il faut huit ans pour dégager ses premiers bénéfices. C'est un frein énorme pour beaucoup.»

Lui n'a que faire de cette statistique. Il prône la patience. Sa motivation sans faille fera le reste.


1. Il obtient un diplôme de responsable d’exploitation agricole pour devenir entrepreneur de la terre.
2. Indication Géographique Protégée.
Pour participer, rendez-vous sur KissKissBankBank.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.