“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Ikebana et zénitude à la médiathèque

Mis à jour le 11/11/2016 à 05:24 Publié le 11/11/2016 à 05:24
Séance « correction » autour de Norika Onda : le moment de « voler » un peu de sa technique au maître.

Séance « correction » autour de Norika Onda : le moment de « voler » un peu de sa technique au maître. M.-E.C.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ikebana et zénitude à la médiathèque

Samedi après-midi, 14 personnes ont bravé le mauvais temps pour se rendre à la médiathèque du Four banal pour deux heures d'initiation à l'ikebana, dispensées par Noriko Onda, grand maître dans cet art japonais de « faire vivre les fleurs ».

Samedi après-midi, 14 personnes ont bravé le mauvais temps pour se rendre à la médiathèque du Four banal pour deux heures d'initiation à l'ikebana, dispensées par Noriko Onda, grand maître dans cet art japonais de « faire vivre les fleurs ».

Ce rendez-vous était organisé par la mairie et la médiathèque. Le maire, Jean-Jacques Raffaele, a tenu à accueillir Noriko Onda et les participants : « Merci de votre présence et de participer aux activités que nous vous proposons, cela nous encourage à continuer. »

La séance a commencé par une brève explication : le Kadô (autre mot pour l'Ikebana) signifie la voie des fleurs. Quand on pratique cet art, on est sur un chemin qui n'a pas de fin. Après 40 ans d'exercice, Noriko Onda chemine toujours. La codification de l'art d'arranger les fleurs s'est faite sur le principe du nombre 3, symbolique de la triade terre-homme-ciel. L'art s'est popularisé, est sorti des temples vers les maisons. Des écoles sont nées, elles sont 3 000 maintenant. Chacune a sa théorie.

« Ce que vous allez faire aujourd'hui repose sur quelque chose de plus essentiel que la théorie : contacter la plante. Vous allez travailler en faisant la conversation avec la plante. » Chacun des participants s'absorbe alors dans l'étude et le nettoyage des 3 branches de buis que lui a remises le maître, s'attachant à trouver une direction à chacune avant de les planter sur le pique-fleurs, la plus grande au centre et de façon à ce qu'elle regarde le ciel.

Après les branches, vient le même travail pour les fleurs : trois renoncules. Puis Noriko Onda passe à la « correction » : assise devant chaque composition, elle retaille, enlève, et rajoute des éléments, avec peu de mots. « Dans l'art traditionnel japonais, le maître n'explique pas beaucoup. On dit qu'il faut voler au maître sa technique. Donc, observez. » L'assistance observe et photographie.

Le dernier acte consiste pour chacun à nettoyer autour de lui. « Au Japon, dans le sport et dans l'art traditionnels, le nettoyage fait partie de l'entraînement. Cela vient de l'esprit zen. Chacun doit faire sa part. C'est l'égalité de zen. »

Et c'est en toute zénitude que chacun démonte son bouquet pour rendre vase et pique-fleurs au maître, avant d'aller le recomposer à la maison.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.