“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

HVMC sur l'autoroute des enchères au Yacht-club

Mis à jour le 01/07/2017 à 05:36 Publié le 01/07/2017 à 05:35
Lamborghini Diablo 6.0 VT (2000) estimée 290 000-330 000 e ou Aprilia RS 125 (6 exemplaires, estimée 55 000-65 000 e) du champion du monde GP 250 2002, Arnaud Vincent, sortent des paddocks HVMC pour mouiller devant le Yacht-club aujourd'hui.	(©HVMC)

HVMC sur l'autoroute des enchères au Yacht-club

Bison Futé voit noir pour ce premier week-end de juillet en Principauté où l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo et Artcurial roulent des - belles - mécaniques entre Yacht-club et Grimaldi Forum

Le week-end du traditionnel chassé-croisé des juillettistes aura pour épicentre Monaco, ce week-end, où l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo (HVMC) et Artcurial investissent respectivement le Yacht-club et le Grimaldi Forum - aujourd'hui et demain - pour deux ventes automobiles d'exception. Des centaines de belles cylindrées à deux ou quatre roues - et même quelques bateaux - passeront ainsi au marteau des commissaires priseurs jusqu'à demain soir.

Pilotes, mécanos, collectionneurs ou simples curieux, fortunés ou non mais passionnés à coup sûr, vous n'avez donc plus que quelques heures pour décommander toute obligation amicale ou familiale et prendre la roue de l'événement de l'année sur le marché des enchères monégasques, voire plus…

L'extinction des feux rouges interviendra à 14 h pétantes aujourd'hui, au Yacht-club. Sur la ligne de départ, le président de l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo, Franck Baille, ses experts et environ 200 lots à adjuger. Des voitures d'aujourd'hui ou d'hier, des motos de compétition ou de tourisme, des bateaux mythiques, et toute une panoplie de reliques aux effluves d'essence.

Au catalogue de HVMC : des plaques d'immatriculation (dès 50 euros), bouchon de radiateur (800 euros), dessins de constructeurs automobiles, livres collector sur le Grand Prix ou les 24 Heures du Mans (1000 euros), affiches ou encore photos dédicacées du « Baron rouge » Michael Schumacher.

Le prestigieux voisin de l'Hôtel des ventes sur le quai Antoine-1er, Riva, sera aussi de la course aux enchères avec des modèles Florida de 1962 (35 000-45 000 euros) ou Seyler Grand Sport 1963. Tous deux présentées devant l'écrin idoine du Yacht-club.

Un tour de chauffe

Une large gamme de deux roues intègre également le circuit des enchères. Du Vespa TX 240 ch (3000-4000 euros) à la Yamaha TZ 750 de Grand Prix de Christian Estrosi, époque champion de France. Une bécane (ex-usine) produit à seulement deux exemplaires et estimée 75 000 - 85 000 euros.

Après deux vacations plutôt artisanales en 2015 et 2016, les équipes d'HVMC passent donc la surmultipliée cet été. Sous le capot, des ambitions. Dessus, une nouvelle étiquette avec la création d'un véritable département « Motors ». Aux commandes, un « fou du volant » dénommé Tom Brault, président de l'Automobile Classic Cars Club à Nice et expert de la vente. Un œil nouveau qui n'hésite pas à emprunter des chemins inédits et présente - à l'appui de fiches ultra détaillées - des vestiges de la mafia française entre une Chevrolet Impala ou une Mercedes 280 SE type cabriolet top glamour de 1968.

Et une Audi 8 V10 Plus 5.2 FSI 610 S TRONIC (2015) de fonction ex-Lionel Messi. « L'unique occasion de se retrouver à la même place que le meilleur joueur de la planète », précise malicieusement l'argumentaire. Tom Brault insistant sur sa volonté de « ne pas tout miser sur le prix ». Une façon de bomber le torse face à la concurrence sur des lots parfois très proches et, surtout, de créer un appel d'air pour une nouvelle clientèle.

D'autant que cette vacation constituera aussi un tour de chauffe d'une vente programmée le 23 juillet, toujours au Yacht-club, et intitulée « L'art de vivre la course ». L'ancien pilote Jean-Pierre Jarier ayant joué les consultants de luxe pour sélectionner de dizaines « d'engins mythiques, monoplaces, sport- proto ou grand tourisme. »


La suite du direct