“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Huit jours avec sursis pour le vol d'un téléphone à la Fnac

Mis à jour le 20/04/2018 à 05:07 Publié le 20/04/2018 à 05:07
Âgée de 27 ans, la prévenue avoue avoir réinitialisé le portable pour l'utiliser à des fins personnelles.

Âgée de 27 ans, la prévenue avoue avoir réinitialisé le portable pour l'utiliser à des fins personnelles. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Huit jours avec sursis pour le vol d'un téléphone à la Fnac

Voilà une jeune turbiasque de 27 ans, soupçonnée de vol.

Voilà une jeune turbiasque de 27 ans, soupçonnée de vol. Croyait-elle échapper à toute sanction, quand elle a ramassé, discrètement, à terre, le 8 septembre dernier, en début d'après-midi, le smartphone perdu par une cliente dans le magasin Fnac du centre commercial du Métropole ? L'intéressée ne pensait pas un seul instant être épiée à son insu par des caméras de vidéosurveillance. Ces « pupilles » électroniques avaient enregistré ses gestes et comportement. Puis, par son absence à l'audience du tribunal correctionnel, la coupable ne pouvait imaginer qu'elle serait condamnée par défaut à une peine de huit jours d'emprisonnement assortie du sursis.

Alors qu'en est-il exactement de ce trublion féminin ayant parié sur l'impunité ? Ce même jour, vers 13 heures, une cliente signale au service sécurité de l'enseigne dédiée aux produits culturels la disparition de son téléphone portable.

Les vigiles font aussitôt défiler les bandes vidéo afin d'obtenir une éventuelle piste... Ils remarquent une femme à l'attitude hostile et ils sont préoccupés par ses agissements singuliers.

Elle dissimule le portable dans son casque

« Les images, commente le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, montrent cette personne au moment où elle marche sur l'appareil au sol. Elle le ramasse comme s'il lui appartenait, et s'en repart tranquillement sur son scooter. Il ne restait plus qu'à relever le numéro de la plaque d'immatriculation et à convoquer cette personne, au premier abord malhonnête, dans les locaux de la sûreté publique. Sans vraiment tergiverser, la jeune femme avoue assez vite aux enquêteurs qu'elle avait réinitialisé le portable pour l'utiliser à des fins personnelles... » Manifestement, il n'était pas question de le rendre ! Ce vol d'opportunité choque le procureur Alexia Brianti. « Au lieu de restituer le mobile à l'accueil du magasin, la prévenue l'a dissimulé dans son casque et elle s'est rapidement débarrassée de la carte SIM. Grâce à la police monégasque, la victime a pu récupérer son téléphone. Elle a regretté cependant la perte de toutes les données contenues dans la mémoire de son appareil. Vous entrerez en voie de condamnation avec une amende substantielle de 1 000 euros. »

Le tribunal ne tiendra pas compte des réquisitions du ministère public et préférera une peine de huit jours d'emprisonnement avec sursis. Mais la personne concernée peut encore faire opposition au jugement.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.