“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Horizon Monaco ouvre le bal

Mis à jour le 08/02/2018 à 05:17 Publié le 08/02/2018 à 05:17
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Horizon Monaco ouvre le bal

Pour leur ultime meeting de campagne, hier soir, Béatrice Fresko-Rolfo et ses colistiers ont défendu leurs cent propositions. En ajoutant celle de bâtir un immeuble domanial aux Moneghetti

Dans la dernière ligne droite des élections nationales, le groupe Horizon Monaco tenait hier soir son ultime meeting de campagne. Un exercice particulier où les candidats se retrouvent face à leurs sympathisants, mais aussi aux opposants des listes adverses.

« Notre état d'esprit dans cette élection n'est pas la même. Nous, on n'y va pas pour sauver notre peau ! On n'y va pas pour mettre une ligne de plus sur le CV ! Nous, on n'a rien à perdre. On n'a rien à gagner. Chez nous, tout est clair ! » a clamé la tête de liste, Béatrice Fresko-Rolfo à la tribune. Pour elle, « il est temps de changer de méthodes et de pratiques politiques. On ne peut le faire qu'avec des responsables politiques nouveaux ».

Sur le fond, HM a avancé une nouvelle idée pour le logement. Celle de développer un immeuble de grande hauteur au croisement des boulevards de Belgique et du Jardin-Exotique, sur un terrain privé (la villa Le Mas) et un terrain public (la place des Belges), « permettant de développer un projet mixte et de disposer à terme d'une centaine de logements domaniaux et de larges surfaces de bureaux », note Criss Roux au terme d'une première partie de soirée qui s'est déroulée dans une atmosphère sage, où les colistiers ont égrené un best-of de la centaine de mesures proposées dans leur programme.

L'ambiance s'est échauffée quand, à la tribune, Christophe Spiliotis-Saquet a porté, avec sa verve habituelle, une charge contre Stéphane Valeri, qualifié de déserteur. « J'emploie le mot désertion volontairement, parce que vous avez abandonné votre majorité qui, par la suite, a éclaté. Jamais, vous m'entendez, jamais vous ne ressemblerez aux grands présidents », a-t-il conclu dans une charge forte copieusement sifflée par les colistiers Primo ! dans les tribunes. Le ton est donné.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.