“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Horizon Monaco dans le constructif

Mis à jour le 02/02/2018 à 05:14 Publié le 02/02/2018 à 05:14
Six candidats réunis hier midi dans leur QG de campagne.

Six candidats réunis hier midi dans leur QG de campagne. Jean-François Ottonello

Horizon Monaco dans le constructif

En point presse hier midi, les candidats ont fait montre de quelques arguments piochés dans leur liste de cent propositions, déclarant vouloir sortir de l'affrontement entre listes

Vous remarquerez que nous sommes là pour être dans le constructif, pas pour critiquer nos adversaires », lance d'emblée Béatrice Fresko-Rolfo, entourée des candidats d'Horizon Monaco. Pour ouvrir un point presse sans attaques, ou presque, envers les listes concurrentes.

À dix jours du déplacement aux urnes des Monégasques, l'équipe d'Horizon Monaco se veut force de propositions. Listant quelques-unes de ses idées qu'elle a priorisées dans son programme, sous forme d'un calendrier d'actions réalisables à un an, trois ans et cinq ans.

« Concernant la réalisation des grands travaux, un phasage est nécessaire pour laisser respirer les quartiers », reprend Béatrice Fresko-Rolfo. La tête de liste entend demander différentes mesures pour atténuer les nuisances des travaux.

Lesquelles ? « Mieux encadrer les travaux de nuit ou systématiser la pose de double vitrage dans les logements domaniaux, ce qui n'est pas obligatoirement le cas », plaide-t-elle.

« Les bonnes personnes aux bons endroits »

« Nous prônons aussi l'idée de créer des référents de quartiers. Les Monégasques ont besoin d'être impliqués davantage dans leur quartier. Nous sommes force de propositions avec des idées innovantes, qui ne coûtent pas plus cher », estime Elodie Kern-De Millo. En filigrane, l'équipe a réfléchi à un plan d'urbanisme porté par deux colistiers : Morgane Jade Auréglia, ingénieur territorial, et Jean-François Riehl, président de la chambre patronale du bâtiment. « Ils savent de quoi ils parlent, nous avons les bonnes personnes aux bons postes. »

Autre proposition portée par Claude Boisson, celle d'un guide « pour connaître et comprendre notre réalité monégasque », à destination des personnes obtenant la nationalité. Pour la vie politique, le conseiller national envisage « de mettre en place une charte éthique, signée par tous les élus en début de mandature » et propose une modification de la loi électorale. Un serpent de mer, longtemps envisagé, jamais réalisé. Pour le spécialiste de la question, Jacques Rit, « nous aurions eu largement le temps de le faire au cours du mandat qui s'achève si nous avions gardé la majorité pendant cinq ans ». Sa vision serait d'instituer « des listes de 14 à 16 candidats, sans panachage pour garder la dynamique d'une liste électorale, et la proportionnelle pour permettre ensuite de constituer un paysage reflet de l'échiquier politique monégasque ».

Elle avait mis son ultimatum à midi. Alors que le carillon de la mi-journée a retenti ce jeudi sur le Rocher, Béatrice Fresko-Rolfo a officiellement annoncé qu'elle ne prendrait pas part au débat entre les têtes de liste, refusant la forme actée par les deux autres candidats d'échanges en binômes.

« Ce débat a pris trop de place, il a pollué la campagne, mais désormais il ne me concerne plus. Je préfère me consacrer à ma fin de campagne », souffle la chef de file d'Horizon Monaco avant d'embrayer : « Je ne comprends pas pourquoi ils ont refusé de débattre à trois, comme dans tous les pays démocratiques. Alors oui, je suis exclue de ce débat, mais ce sont surtout les Monégasques qui sont exclus, qui attendaient un débat constructif. »

Alors que Radio Monaco a confirmé la tenue de cette rencontre entre Stéphane Valeri et Jean-Louis Grinda lundi 5 février à 19 heures sur son antenne, Béatrice Fresko-Rolfo a précisé : « Je ne sais même pas si j'ai envie de regarder. Ils ont d'ailleurs annoncé qu'ils allaient choisir leurs sujets de débat, ça devient une mascarade. Mieux vaut arrêter les frais. »


La suite du direct