“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Guillaume Apollinaire et Monaco

Mis à jour le 11/02/2019 à 10:20 Publié le 11/02/2019 à 10:20
Le jeune Apollinaire (assis à la table, la plume à la main), secrétaire général de la Congrégation de l’Immaculée Conception.	(DR)

Guillaume Apollinaire et Monaco

Retrouvez, chaque mois, la chronique du Comité des traditions monégasques

Né à Rome en 1880, Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, est le fils d’Angelica Kostrowitzka, d’origine russe. Le père d’Angelica meurt en 1886. Plus rien ne retient alors à Rome la mère du futur poète, de surcroît abandonnée par son amant. Elle quitte définitivement l’Italie et arrive en Principauté le 4 mars 1887, accompagné de ses deux enfants, Guillaume et son jeune frère Albert, né en 1882.

Guillaume est scolarisé au collège Saint-Charles sur le Rocher (bâtiment de l’actuelle mairie) à la rentrée d’octobre 1888 dans la classe de 9e. Tout le long de sa scolarité, jusqu’à la fermeture du collège en 1895, il obtiendra de nombreux prix d’excellence (1). Il fait preuve d’une piété sincère et sera même secrétaire général de la Congrégation de l’Immaculée Conception du collège (2). Il poursuivra sa scolarité au collège Stanislas à Cannes, puis, en 1897, au futur lycée Masséna de Nice afin d’y préparer le baccalauréat. Il fut reçu à l’écrit mais échoua à l’oral.

Après...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct