Rubriques




Se connecter à

Grotte de l'Observatoire : reprise des fouilles

La dernière campagne de recherches remonte à 1987 sur ce site préhistorique, situé sous le Jardin exotique, dans lequel on a retrouvé des traces de vie vieilles de 400 000 ans

CEDRIC VERANY Publié le 22/02/2016 à 05:02, mis à jour le 22/02/2016 à 05:02
Sous la falaise, dès les premiers mètres après l'entrée de la grotte, les équipes scientifiques vont « rouvrir » la terre tout prochainement pour en déceler les derniers mystères.
Sous la falaise, dès les premiers mètres après l'entrée de la grotte, les équipes scientifiques vont « rouvrir » la terre tout prochainement pour en déceler les derniers mystères. Michael Alesi

On dit que le prince Albert Ier se doutait du potentiel du site qu'il voyait depuis le Palais. Les travaux du Jardin exotique, en 1916, en dévoileront les richesses.

La grotte de l'Observatoire, logée dans la falaise, célèbre cette année le centenaire de sa découverte. Une date qui coïncide avec le projet des équipes du Musée d'anthropologie préhistorique de Monaco de relancer un chantier de recherches sur ce territoire qui a encore beaucoup à dire.

Dans la cavité, les trois différentes campagnes de fouilles ont permis, en un siècle, de retrouver des traces d'un passage humain datant de 400 000 ans.

 

La surprise dans les détails

« Progressivement, en fouillant cette grotte, nous avons trouvé des traces de l'homo sapiens (-25 000 ans) puis de l'homme de Néandertal, qui était une période très froide car il y avait des ossements de renards polaires. Et enfin, des restes de l'homo erectus, de -400 000 ans, qui demeurent à ce jour les premières traces de vie sur le territoire monégasque », détaille la chercheur et archéologue Elena Rossoni-Notter, qui porte le projet.

Cette nouvelle session de fouilles reprendra là où la dernière, en 1987, s'est arrêtée. Avec pour vocation de faire parler les pierres et retourner la terre pour y trouver les témoignages du passé dans ce site réputé internationalement.

Et la surprise se cache parfois dans des microdétails. « En tamisant la terre lors de la dernière campagne, par exemple, les chercheurs de l'époque ont découvert une molaire de campagnol (petit rongeur) vieille de 350 000 ans qui, à elle seule, a confirmé la période. »

 

En un siècle, les différentes fouilles ont permis de mettre à jour, outre des ossements, de nombreux outils préhistoriques. « Ce qui est étonnant, c'est que l'on trouve des galets polis, qui devaient servir d'outils que l'on a jamais vus dans la région, mais davantage en Espagne ou en Afrique », assure Elena Rossoni-Notter. La singularité de la terre monégasque remonterait-elle à plusieurs millions d'années ? Peut être…

C'est pour cela que techniquement, la zone de fouille est un théâtre de recherches très codifié. « La dernière grande campagne remonte au milieu des années 80. La fouille, à l'époque, avait déjà été soignée. Aujourd'hui, de nouvelles questions se posent à nous étant donné que la recherche mondiale avance et que les nouvelles techniques se perfectionnent », continue Patrick Simon, le directeur du musée.

Chaque carré de terre, sur la partie à l'entrée de la grotte qui sera fouillée, est quadrillé. En grattant, tout ce qui est découvert est dessiné sur un plan pour déterminer son emplacement exact et son altitude. Une data nécessaire qui sera conservée pour analyser les recherches.

Qui a mangé qui ?

L'interprétation des pièces retrouvées est ensuite soumise à la recherche. Et l'identité donnée à tel ou tel objet retrouvé l'est toujours sous le sceau d'un argument scientifique.

 

« On cherche à comprendre qui a mangé qui », plaisante Mattéo Romandini, un jeune archéologue italien venu étudier les réserves du musée. Il étudie notamment les ossements d'oiseau et tente de comprendre leur histoire.

« Un os portant des stries visibles seulement au microscope peut être celui d'un animal découpé pour être consommé; par exemple. » Son emplacement peut alors montrer qu'il était à un endroit où l'homme préhistorique se restaurait.

« Ce qui est certain, conclut Elena Rossoni-Notter, c'est qu'on est toujours sûr de trouver quelque chose... »

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.