“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Grinda: "Nous ne serons pas des éponges à idées"

Mis à jour le 22/09/2017 à 10:43 Publié le 22/09/2017 à 05:29
Jean-Louis Grinda s'est présenté, avec autorité, en chef d'équipe rassembleur.

Jean-Louis Grinda s'est présenté, avec autorité, en chef d'équipe rassembleur. Photo DR

Grinda: "Nous ne serons pas des éponges à idées"

Tête de liste d'Union monégasque, le candidat à la présidence du Conseil national a placé hier « la jeunesse » au cœur de son programme et appelé ses « concurrents » au débat public

Jean-Louis Grinda s'est lancé « très tôt » dans la course à la présidence du Conseil national, fin juillet, car il « aime la clarté et la transparence ». Depuis, son groupe politique, Union Monégasque, s'est élargi d'un élément dissident de la Nouvelle Majorité, Jean-Charles Allavena.

Un renfort "pour l'instant" mais "il y en aura quelques autres", a assuré hier la tête de liste, sans en dévoiler plus: "Il faut qu'on agisse en faisant durer le suspense."

Que serait une campagne politique sans son jeu de poker menteur après tout ?

"Les gens qui nous défendent veulent travailler comme nous, en toute transparence et honnêteté", garantit en revanche le candidat engagé "pour la gagne".

Sa tactique ? "Un travail d'équipe", "mettre sur la table des convictions fortes et convaincre", "rassembler d'abord par des idées, puis par des discussions".

Et un fil rouge: "Nous sommes unis pour faire entrer Monaco de plain-pied dans le XXIe siècle. Nous nous projetons dans l'avenir sans crainte, avec foi et espérance et avec la conscience de nos nombreux atouts."

Sa promesse ? "Nous ne serons pas des éponges à idées, je suis là pour développer un programme."

Dont il souhaite débattre...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct