Rubriques




Se connecter à

Gratiferia II : une autre idée de la gratuité...

Repartir avec un vêtement ou bien un objet gratuit, c'était possible ce dimanche sur l'espace public Jean-Gioan.

L.BOXITT Publié le 29/05/2018 à 05:07, mis à jour le 29/05/2018 à 05:07
Sur l'espace public Jean-Gioan, les participants ont déposé à même le sol, objets et vêtements divers.
Sur l'espace public Jean-Gioan, les participants ont déposé à même le sol, objets et vêtements divers. L.Boxitt

Repartir avec un vêtement ou bien un objet gratuit, c'était possible ce dimanche sur l'espace public Jean-Gioan. Grâce à la seconde édition de la « Gratiferia » organisée par l'association « Sel du citron ». « C'est un système d'échange local », lançait d'emblée Michèle Monnier, membre du collectif roquebrunois.

« Il faut rappeler que les membres de notre association échangent entre eux des services, des savoirs et des biens. Aujourd'hui, il y a une trentaine d'exposants, dont un tiers de participants venu spontanément ». L'idée générale, c'est donc bel et bien du troc libre, libre à chacun de venir avec des objets et de les échanger. « Il y a zéro monnaie ! », signifiait encore l'organisatrice. L'action - locale - du « Sel du citron » se concentre essentiellement sur les communes du bassin mentonnais voire limitrophes (RCM, Menton, Sainte-Agnès, Gorbio, Beausoleil…).

 

Des ateliers de massage, maquillage étaient également à la disposition du public, présence à noter aussi des associations niçoises « Repair Café » (réparation d'objets) et « Colibris » (mouvement citoyen).

Le groupe « Vivie's » a lancé quelques salves musicales très appréciées et Michèle Monnier de clore : « L'idée, c'est de sortir de la société de consommation, apprendre à connaître les autres et éviter le gaspillage. Une action qui a un but écologique et social ».

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.