“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Grand Prix de Monaco: mission prévention avec l'arrivée des yachts

Mis à jour le 27/05/2016 à 05:04 Publié le 27/05/2016 à 05:04
Les yachts ont commencé à affluer dans la rade de Monaco. Ils pourraient être une centaine, dimanche.

Les yachts ont commencé à affluer dans la rade de Monaco. Ils pourraient être une centaine, dimanche. N.H.-F.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Grand Prix de Monaco: mission prévention avec l'arrivée des yachts

Tous les ans, c'est le même ballet : beaucoup de bâtiments viennent mouiller en baie de Monaco en même temps que le Grand Prix. Et les autorités font passer des messages

Ils vont remplir la rade de Monaco. Une centaine de yachts doivent venir plonger leur ancre au large de la Principauté, au zénith du Grand Prix. Tous les ans, le même ballet se répète : les premiers bâtiments arrivent le jeudi, et leur nombre monte en puissance jusqu'au dimanche.

Leurs propriétaires sont attirés par les vrombissements des moteurs. Ils veulent pouvoir débarquer à Monaco, organiser des soirées sur les yachts, profiter de l'ambiance Grand Prix…

C'est l'un des temps forts de l'année, pour la Direction des affaires maritimes. Et le service mène de grosses actions de prévention, en même temps qu'arrivent ces navires. Histoire de faire en sorte que tout se déroule sans accroc.

Plutôt prévenir que guérir

Il faut notamment rappeler les réglementations maritimes monégasque et française. Ses interdictions, par exemple. Impossible de mouiller ou de naviguer dans la réserve du Larvotto ou dans les 300 mètres du rivage en baie de Roquebrune-Cap-Martin pointe Cabbé, de dépasser les trois nœuds dans les ports ou les cinq nœuds dans les trois cents mètres…

Derrière la loi, il y a aussi un message : « On montre bien que les règles de l'État monégasque s'appliquent », résume Armelle Roudaut-Lafon, la directrice des Affaires maritimes, depuis son bureau lumineux du quai de l'Hirondelle. Et la police maritime peut, au besoin, intervenir.

Toujours dans le registre de la sécurité, la Direction des affaires maritimes vérifie, notamment, que le rayon autour duquel le navire s'amarre est suffisamment grand. En clair : un bâtiment plonge son ancre dans l'eau, il est accroché, mais tourne autour de ce point. Il faut donc s'assurer que ce cercle ne croise pas celui d'un autre bateau. Tout cela est en général maîtrisé par les équipages des yachts. Mais mieux vaut prévenir que guérir.

Au contact des yachts

Un autre aspect de cette mission prévention concerne l'environnement.

Là aussi, le message est envoyé en direction des yachts. Il concerne notamment la gestion des déchets : aucun ne doit être rejeté à la mer. Il faut donc, aussi, informer sur la possibilité d'évacuer ces déchets sur la terre ferme.

Réglementation, protection de l'environnement : tout cela est résumé dans un flyer. La Direction des affaires maritimes s'occupe ensuite de le distribuer aux yachts concernés, en allant à leur rencontre, sur l'eau.

En général, il y en a une soixantaine le jeudi. Et une centaine le dimanche.

Cette année, les services de l'État ne savent pas très bien combien de navires seront présents. Une incertitude qui s'explique par le fait que, cette année, le Grand Prix ne tombe pas en même temps que le Festival de Cannes (lire nos précédentes éditions). Impossible, donc, de savoir si davantage ou moins de yachts convergeront vers la rade de Monaco, ou si leurs propriétaires auront déjà quitté la Côte d'Azur.

Reste un autre élément : la météo. Au final, les yachts se plient à l'état du vent et de la mer. Le seul paramètre qui décide vraiment du nombre de bateaux en rade de Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.