“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Graines de diplomates à Sophia Antipolis

Mis à jour le 06/04/2018 à 05:14 Publié le 06/04/2018 à 05:14
Chaque élève doit représenter un pays et défendre sa position auprès des autres ambassadeurs.

Chaque élève doit représenter un pays et défendre sa position auprès des autres ambassadeurs. J.-M.P.

Graines de diplomates à Sophia Antipolis

Un Monaco-New York presque direct !

Un Monaco-New York presque direct ! C'est ce que s'offrent durant deux jours, hier et aujourd'hui, les 35 collégiens de Charles-III et 24 de l'International School of Monaco en participant à la huitième édition du Sophia Antipolis Model United Nations avec 150 autres collégiens et lycéens du département.

« Nous participons à ce programme depuis le début. En fin d'année dernière, la professeure qui s'en occupait depuis toujours est partie à la retraite et les élèves étaient très inquiets », explique Caroline Ravinal, professeure d'histoire-géographie à Charles-III, qui a repris le flambeau.

« Avec plus de cent nationalités en Principauté, dont de très nombreuses représentées dans le collège, nous sommes très ouverts sur l'international, poursuit la professeure. On a commencé à travailler dès le mois d'octobre à raison d'une heure par semaine. »

Deux jours de diplomatie

Durant 48 heures, 35 collégiens monégasques (lire par ailleurs le témoignage de deux d'entre eux) et 24 grassois ont participé à l'exercice. Chaque élève endosse le costume d'ambassadeur d'un pays et doit défendre la position de son État dans les différentes commissions. Cette année, cinq commissions ont été imaginées et chacune d'entre elles doit traiter trois questions d'actualité. Au programme, entre autres : la situation en Syrie, la coopération internationale pour bloquer les opérations financières liées au trafic de drogue pour financer les organisations terroristes, la régulation de l'usage des pesticides, la question de la Palestine, le désarmement nucléaire, la protection des réfugiés... « Ce sont des thèmes qui collent aussi à leur programme scolaire », explique l'enseignante.

Les collégiens ont commencé à travailler seuls en faisant des recherches sur le sujet et sur la position du pays qu'ils doivent défendre. Ils se sont ensuite fait aider par leurs aînés du lycée qui avaient déjà participé les années précédentes.

« Cet exercice leur apprend beaucoup, évidemment sur la géographie et la géopolitique, mais aussi sur l'expression orale, ajoute la professeure. Ils travaillent de manière indépendante et ils sont très motivés, ça leur plaît alors ça marche tout seul. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct