Gildo Pallanca Pastor :

De retour en Principauté pour encourager les pilotes de son écurie Venturi, ce samedi lors du 2e Monaco ePrix, l'homme d'affaires meurtri confie son bonheur retrouvé et ses ambitions

Article réservé aux abonnés
Publié le 12/05/2017 à 05:28, mis à jour le 12/05/2017 à 05:28
 « Je reviens à Monaco une fois par an et quand j'arrive ici, regardez la vue ! »
« Je reviens à Monaco une fois par an et quand j'arrive ici, regardez la vue ! »

Son pays, Monaco. Sa passion, le sport auto. Un nouveau défi, briller à domicile avec Venturi.

Le retour de Gildo Pallanca Pastor sur le Rocher, ce week-end en tant que patron d'écurie engagée dans le championnat du monde FIA de Formule électrique, sonne comme une bouffée d'oxygène pour ce survivant.

Un touche-à-tout mué d'une furieuse envie de vivre qui, trois ans après un double accident vasculaire cérébral et l'assassinat de sa mère, Hélène Pastor, tente de reprendre le chemin du bonheur.

Reparti en fond de grille après avoir perdu tour à tour la mécanique des sens et la boussole maternelle, l'homme d'affaires a banni la marche arrière de son vocabulaire et dévore la vie comme ses pilotes avalent le bitume. « J'ai tout cloisonné », évoque celui dont les journées new-yorkaises de consul sont aujourd'hui rythmées par le travail et une intense rééducation. Son goût de l'effort et son abnégation de champion lui permettant chaque jour de retrouver des facultés physiques, comme mentales.

S'il devra dans quelques mois faire face aux meurtriers présumés de sa maman, Gildo Pallanca Pastor, tout juste quinquagénaire, lorgne sur un nouveau record de vitesse à la fin de l'été. Derrière le drapeau à damiers, la caméra du réalisateur Luc Jacquet. Et le sourire immortel de Gildo et ses amis.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.