“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Généalogie: remonter en ligne jusqu’au XVIe siècle

Mis à jour le 24/08/2016 à 12:04 Publié le 24/08/2016 à 12:02
Au service de l’Etat civil - Nationalité, Nathalie Bozza veille sur les registres, la mise en ligne et la participation des internautes afin que l’offre numérique soit tous les jours un peu plus performante. Un travail de fourmi…

Au service de l’Etat civil - Nationalité, Nathalie Bozza veille sur les registres, la mise en ligne et la participation des internautes afin que l’offre numérique soit tous les jours un peu plus performante. Un travail de fourmi… Photo Michaël Alesi

Généalogie: remonter en ligne jusqu’au XVIe siècle

Depuis le 20 juillet, la mairie de Monaco a mis en ligne les registres de 1546 à 1915. Avec minutie et beaucoup de patience, n’importe qui peut ainsi remonter plus de vingt générations…

Le plus vieux registre d’état civil date de 1546… Il est sur la table de Nathalie Bozza, chef de service joint au service de l’État civil - Nationalité, et manipulé avec grand soin tant les pages sont fines et abîmées. Mais l’objet recèle quelques petits trésors pour ceux qui savent les apprécier: les noms et prénoms des personnes nées, mariées et décédées à Monaco à partir de cette année-là…

Et les férus de généalogie sont plus nombreux qu’il n’y paraît. Outre les particuliers, s’y intéressent les associations et les généalogistes professionnels.

Alors, depuis le 20 juillet, sous la responsabilité de Camille Svara, premier adjoint au maire, la mairie de Monaco a mis en ligne tous ses registres jusqu’en 1915. [Comme en France, ceux de moins d’un siècle sont protégés et ne peuvent être consultés que sur place, sur autorisation écrite du procureur (1), ndlr]

Travail de titan ou travail de fourmi? Les deux! Mais une promesse de campagne du maire Georges Marsan… Quelques chiffres: 12.700 actes ont été numérisés pour la seule période entre 1900 et 1915; 916 registres sont antérieurs à 1900, ce qui représente environ 15.000 pages. Rien que sur 1900-1915, la mairie a enregistré 4.500 décès, 500 enfants sans vie, 1.400 mariages, 6.300 naissances…

Mais quand on aime, on ne compte pas… les heures de travail. Nathalie Bozza reconnaît avoir passé beaucoup de temps à scanner, et scanner encore.

Mode participatif

Elle se réjouit qu’en plein cœur de l’été, les gens s’intéressent au nouveau service en ligne intitulé «Consultation des registres anciens» sur la page d’accueil du site de la mairie.
«Nous avons eu vingt-cinq connexions et vingt-six annotations.»

Des annotations? Oui, la mairie ne peut pas offrir une base de données par nom, prénom, date de l’événement. Il s’agit donc à toute personne qui consulte les registres de faire, en quelque sorte, elle-même le travail. «Les actes de 1546 à 1900 ne sont pas tous indexés, explique Nathalie Bozza. Une indexation collaborative a ainsi été mise en place afin de faciliter la recherche. Chaque utilisateur peut y participer en créant un compte. Nous vérifions ensuite les renseignements saisis afin qu’il n’y ait pas d’erreurs. En France, ce mode de fonctionnement est très efficace»

À chacun donc d’apporter sa pierre à l’édifice…

1. Conformément à la loi, les actes d’état civil de moins de 100 ans sont détenus par le service de l’État Civil - Nationalité de la mairie de Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct