“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gazelles électriques en piste pour le Maroc

Mis à jour le 17/03/2019 à 10:06 Publié le 17/03/2019 à 10:05
Le prince Albert II, soutien du projet via sa fondation, a donné hier matin le top départ de la course, place du Palais.

Le prince Albert II, soutien du projet via sa fondation, a donné hier matin le top départ de la course, place du Palais. Manuel Vitali / Dir. Com.

Gazelles électriques en piste pour le Maroc

Le souverain a accompagné le départ, hier matin place du Palais, des dix véhicules électriques engagés parmi 150 équipages dans ce rallye 100% féminin sur les routes du Maroc

Ils ne représentent que 6 % des voitures engagées dans cette 29e édition. Mais la catégorie ne demande qu’à se développer. Dix véhicules électriques ont pris le départ, hier matin, sur la place du Palais, du rallye des Gazelles. Direction le Maroc, pour quinze jours d’aventure sur les routes.

Le temps d’une photo souvenir depuis les Remparts et un café à La Pampa, les gazelles ont quitté - sans un bruit, le point positif de l’électrique - la place du Palais, encouragées par le prince Albert II qui a donné le top départ du e-rallye, avant le départ officiel à Nice dans l’après-midi.

Buggys en avant

Depuis 2007, le rallye des Gazelles (qui compte cette année 316 femmes de 13 nationalités) a développé sa frange électrique, en mettant en avant l’écoconduite. Pour l’édition 2019, la nouveauté est l’arrivée dans la course de deux buggys.

« C’est un coup d’essai avec ces deux prototypes qui ont été construits par la société vendéenne Brouzils Auto. Le véhicule est plus approprié aux terrains du Maroc », commente Fabien Lagier, qui coordonne les véhicules électriques sur le rallye.

Ces deux buggys consomment sensiblement la même chose que les e-Mehari engagées. Leur autonomie permet de rouler 200 kilomètres en autonomie. « On a plus de possibilités de s’amuser dans le sable, il faut savoir doser, trouver la bonne puissance. Et le look est très sympa », commentent Charlène Lestienne et Barbara Barbier, originaires de l’Est de la France, l’un des deux équipages « buggy » cette année.

De quoi se mettre à revers d’un rallye des Gazelles, un jour, 100 % électrique ? « La volonté du rallye est d’augmenter année après année le nombre de véhicules électriques engagés, assure Fabien Lagier. De là à inverser la courbe avec les véhicules thermiques, je ne pense pas à court terme, cela nécessite beaucoup de logistique… »


La suite du direct