“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Forains, c’est toute une histoire de famille Dorine : Forain, c’est ma vie

Mis à jour le 03/11/2019 à 10:14 Publié le 03/11/2019 à 10:13
Anne-Marie d’Andrea, 67 ans et toujours la passion pour son métier.

Forains, c’est toute une histoire de famille Dorine : Forain, c’est ma vie

Jusqu’au 19 novembre sur l’esplanade du port Hercule, ces passionnés vendent du rêve à des milliers de visiteurs à l’occasion de la Foire Attractions. Un mode de vie et une passion

Dorine Delta a ce qu’on appelle la bougeotte. Impossible pour elle de se sédentariser. « On est originaire de Gémenos mais c’est juste une adresse pour le courrier. Toute l’année, on est sur la route. Monaco, Nîmes, Grenoble, Metz, Avignon… Je ne suis jamais restée plus de deux mois au même endroit. Tout est compliqué par rapport à la vie normale : prendre un rendez-vous chez le médecin, aller à l’école, se faire livrer un colis… », explique-t-elle. Installée dans sa cabine à l’abri des caprices de Dame Nature, elle prend le micro et s’adresse aux visiteurs du jour. « Allez, c’est parti pour un tour ! » Avec son mari, Stéphane, elle tient le célèbre combat spatial depuis 2003. « Mes parents l’ont acheté en 1978 puis on l’a repris cette année-là. Avec le temps, on l’a modernisé. On s’est inspiré de la vague Star Wars. Les navettes montent et descendent et les gens peuvent, avec un fusil, tirer sur les autres pour les faire descendre », explique-t-elle.

Cette passion de la fête foraine est, vous l’avez compris, familiale. « Mes grands-parents avaient une chenille. Mon père venait aider à monter les manèges, à ramasser les tickets. Puis, il a connu ma mère qui était foraine. Mon fils anime le stand de penalty et ma fille tient un jeu de pinces à la foire d’Antibes », explique-t-elle avec fierté. Un mode de vie qu’elle ne changerait pour rien au monde. « Pour être forain, il faut avoir la passion. Moi, c’est ma vie. On n’a pas vraiment de vacances car on est toujours en vadrouille. » Et le répit n’est jamais de longue durée. « Quand on a des vacances, c’est pour mettre un coup de pinceau sur le manège, faire la révision… Tout ce qu’on ne peut pas faire quand on est ouvert. Il faut savoir tout faire : soudeur, plombier, peintre, carrossier, comptable, conducteur de poids lourds, caissière. On gagne de moins en moins notre vie. Le ticket est à quatre euros depuis 2006. Parfois, les gens trouvent ça cher mais je ne connais rien dans la vie qui est au même prix depuis cette année-là. Tout augmente sauf le ticket de manège : les péages, les assurances... »

La famille Delta gère le manège du combat spatial.
La famille Delta gère le manège du combat spatial. Jean-François Ottonello
Damien Kotsekaghlou.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.