Rubriques




Se connecter à

Foot corpo : les premières finales

La première finale, qui se déroulait mardi au stade Louis-II dans le cadre du 22e Trophée Ville de Monaco, a vu la large victoire du CCF Wolzok face au Centre Rainier-III sur le score sans appel de 7 à 1.

P.d.t. Publié le 21/05/2016 à 05:10, mis à jour le 21/05/2016 à 05:10
L'équipe de Ribeiro Frères s'adjuge une superbe victoire contre l'Hôpital dans le Challenge Rainier-III.
L'équipe de Ribeiro Frères s'adjuge une superbe victoire contre l'Hôpital dans le Challenge Rainier-III. Sylvie Audigier

La première finale, qui se déroulait mardi au stade Louis-II dans le cadre du 22e Trophée Ville de Monaco, a vu la large victoire du CCF Wolzok face au Centre Rainier-III sur le score sans appel de 7 à 1. Les buteurs pour Wolzok : Hassine (13'), Giuliani (26'), Valtriani (48' et 76'), Ichen (57'), Lazaar Y. (68') et Mandari (80'). Farhri a sauvé l'honneur pour son équipe à la 28'.

 

La seconde finale se tenait également au Louis-II, ce mercredi soir, pour le compte de la 39e édition du Challenge Prince Rainier-III. Le Centre hospitalier Princesse-Grace n'a pas réussi à contenir les assauts de la redoutable équipe de Ribeiro Frères qui s'impose 3 à 1 grâce à un triplé d'Hugo Macedo Silva (1', 68' et 74'). C'est Axel Schneider qui réduit l'écart à la 77' pour le CHPG.

Les autres épreuves se poursuivent encore quelques semaines avant de désigner leurs vainqueurs.

Les joueurs du CCF Wolzok n'ont pas fait de quartier contre le Centre Rainier-III et ont pu savourer leur victoire.
Les joueurs du CCF Wolzok n'ont pas fait de quartier contre le Centre Rainier-III et ont pu savourer leur victoire.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.