“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Fidéliser les saisonniers : 100 postes au Grand-Hôtel

Mis à jour le 16/01/2016 à 05:14 Publié le 16/01/2016 à 05:14

Fidéliser les saisonniers : 100 postes au Grand-Hôtel

Le 27 janvier prochain, le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat ouvre déjà ses portes...

Le 27 janvier prochain, le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat ouvre déjà ses portes... à son futur personnel. Barman, commis de cuisine, manutentionnaire, jardinier, vendeur, réceptionniste, plongeur, concierge, standardiste, thérapeute spa, chef de partie de cuisine et pâtisserie, ou encore maître d'hôtel... Les entretiens vont se succéder toute la journée. Sur 200 employés saisonniers, une centaine de postes est aujourd'hui à pourvoir, après la reprise du palace de luxe au printemps dernier par le groupe Four Seasons. « On aime bien que toutes nos équipes voient où ils mettent les pieds, le recrutement sur site est essentiel », explique Jérôme Arribas, directeur financier et administratif. L'objectif ? Puiser dans le vivier de saisonniers locaux, « Nice, Beaulieu-sur-Mer, Villefranche ».

Si certains métiers requièrent des savoir-faire particuliers, d'autres sont largement ouverts : « On recrute surtout sur l'attitude ; les compétences techniques, on peut les acquérir », souligne Jérôme Arribas. Four Seasons propose des contrats longs, entre 6 et 9 mois. « Dans le Sud, beaucoup de contrats courent sur trois mois, ça n'incite pas à la fidélité. On veut enrayer le cycle typique du saisonnier, qui vient et ne revient jamais. » L'opération pourra être renouvelée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct