“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Fête et distanciation sociale? Les boîtes de nuit de la Côte d'Azur dans le flou

Mis à jour le 26/05/2020 à 10:58 Publié le 26/05/2020 à 11:00
La terrasse du club Bisous Bisous faisait le plein de fêtards depuis son ouverture en juillet 2019.

La terrasse du club Bisous Bisous faisait le plein de fêtards depuis son ouverture en juillet 2019. Photo @arthurMilletown

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fête et distanciation sociale? Les boîtes de nuit de la Côte d'Azur dans le flou

Les discothèques de la Côte d’Azur n’ont reçu aucune directive en vue d’une réouverture et subissent la crise de plein fouet. La proximité dans ces lieux paraît un obstacle insurmontable.

Concilier distanciation sociale et soirée en boîte de nuit, défi impossible? "On prône la convivialité et le partage, alors forcément c’est compliqué", sourit Mozart, directeur artistique de la discothèque Bisous Bisous, située au-dessus du casino du Palais des Festivals de Cannes.

Le confinement a stoppé net les centaines de fêtards qui se pressaient chaque week-end dans ce lieu au concept résolument décalé et détente: "On a fait notre plus gros week-end depuis l’ouverture (en juillet 2019, N.D.L.R.) juste avant le confinement!"

La raison? Une clientèle locale… et fidèle! "On pratique des tarifs abordables, et on travaille avec les gens d’ici. Si on rouvre demain, ça sera plein." Mais pour l’instant, aucune date ne se profile à l’horizon.

>> LIRE AUSSI. "Pas de proximité, pas d’ambiance. Pas d’ambiance, pas de clients". Deux discothèques de Nice et Saint-Laurent-du-Var craignent de devoir "mettre la clé sous la porte"

Des tests et des résultats rapides à l’entrée

Pas de quoi démoraliser le roi de la nuit cannoise qui fourmille d’idées."Tout le monde doit s’adapter, se réinventer en ce moment."

Il a par exemple mis en place des lives: les sets de DJ enregistrés au Bisous Bisous sans public – ("ça permet de faire vivre l’endroit malgré tout") – et retransmis sur les réseaux sociaux (sur l’application Twitch: Bisous Bisous club et sur les live Instagram, N.D.L.R.) les week-ends à partir de minuit, aux heures d’ouvertures des boîtes de nuit.

"On essaye de faire différemment. C’est peut-être utopique mais on ne lâche pas, il faut communiquer." La solution idéale pour lui? La mise en place de tests.

>>LIRE AUSSI. Pour le mythique night club de Juan-les-Pins, "Le Village", les boîtes de nuit sont "les véritables oubliées" de la crise sanitaire

"Évidemment, ce n’est pas encore au point. Il faut trouver une formule avec un résultat rapide pour que les gens soient testés à l’entrée. C’est pour moi le moyen le plus sûr: une fois qu’ils sont dedans, ils font ce qu’ils veulent! Dans ce secteur d’activité, faire appliquer les mesures barrière serait vraiment compliqué."

Fidéliser les fêtards lorsque l’activité reprendra passera aussi par une reconquête du public local. "Pourquoi pas mettre en place un système de ‘‘pass’’ pour les habitués par exemple? Sur la Côte d’Azur, on a parfois l’impression que certains établissements ont tourné le dos aux locaux au profit d’une autre clientèle. C’est aussi le moment de corriger le tir."

illustration
illustration Photo DR
Au Gotha, « on ne prendra aucun risque »

Le Gotha ouvre habituellement ses portes en même temps que le Festival de Cannes, pour accueillir près de 800 clubbers chaque soir jusqu’en septembre. "Pour l’instant, on est encore dans le flou. Concernant les discothèques, c’est silence radio" commente le patron, Patrick Tartary.

Pas de perspective de réouverture donc… "Une discothèque, c’est par définition un endroit de convivialité. Soit on peut rouvrir dans de bonnes conditions, soit je ne vois pas comment on peut exister."

Impossible pour lui de faire respecter les mesures barrière en boîte de nuit.

"On pourrait mettre en place davantage de mesures de nettoyage, pourquoi pas. Mais sur la piste de danse, comment on fait? Des ronds par terre pour délimiter l’espace de chacun? Ça ne fonctionnerait pas… On est forcément tristes de la situation actuelle, mais nous sommes aussi conscients des enjeux de la crise sanitaire. On ne prendra aucun risque."

La discothèque attire chaque été des centaines de noctambules tous les soirs.
La discothèque attire chaque été des centaines de noctambules tous les soirs. Photo archives Jimmy’z
A Monaco, le Jimmy’z est en phase de réflexion

Parmi les boîtes de nuit mythiques de la Côte d’Azur, le Jimmy’z à Monaco est un must. Depuis près d’un demi-siècle, les noctambules et VIP viennent enflammer tous les étés la piste de danse imaginée par Régine. Mais la saison 2020, à l’heure de la pandémie de Covid-19 risque d’être bien moins festive.

"Nous mettons tout en œuvre pour retrouver le plaisir des retrouvailles et de la fête et les équipes de la Société des Bains de Mer travaillent sur la réouverture progressive de ses établissements" assure pourtant Jean-Jacques Pergant, conseiller du président du groupe monégasque pour les opérations hôtelières.

Si les bars et les restaurants en Principauté pourront ouvrir à partir du 2 juin, la perspective de danser sur la piste du Jimmy’z semble plus ardue au temps de la distanciation sociale. D’autant plus que la discothèque se situe au sein du Sporting d’été, voisin de la Salle des Étoiles où la tenue de concerts et de soirées en juillet et en août paraît compromise également.

En attente des directives du gouvernement

"Tout sera conditionné aux directives du gouvernement" continue Jean-Jacques Pergant. "Considérant en priorité la sécurité de nos clients et employés avec des mesures de distanciation adaptées au site, le Jimmy’z Monte-Carlo est en phase de réflexion quant à son ouverture et sa programmation estivale".

Des réflexions pour l’instant tenues secrètes, tant la situation sanitaire à l’horizon de quelques semaines est toujours incertaine.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.