“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Fermeture de Foreplast : Stéphane Valeri souhaite plus de fermeté à l'égard des dirigeants

Mis à jour le 14/08/2019 à 11:09 Publié le 14/08/2019 à 10:59
Stéphane Valeri demande aux dirigeants de Novares de se souvenir qu'ils ont bénéficié d'aides de l'Etat, et les invite à "considérer le drame vévu de la fermeture après des années de travail".

Stéphane Valeri demande aux dirigeants de Novares de se souvenir qu'ils ont bénéficié d'aides de l'Etat, et les invite à "considérer le drame vévu de la fermeture après des années de travail". Jean-François Ottonello

Fermeture de Foreplast : Stéphane Valeri souhaite plus de fermeté à l'égard des dirigeants

Le président du Conseil national dénonce l’irresponsabilité des dirigeants du groupe Novares et souhaite que le gouvernement face preuve de plus de fermeté dans les négociations

Depuis plusieurs semaines, les salariés du groupe Novares s’interrogent sur la qualité de leur avenir. Foreplast, la filiale du groupe issu de la fusion de l’historique Mecaplast avec un équipementier américain, va fermer ses portes, malgré des résultats financiers que le PDG a qualifié "d’impressionnants".

Alors bien sûr, les 59 employés savent déjà qu’ils ne fabriqueront plus de pièces plastiques pour Peugeot ou Volkswagen. Ils savent qu’ils vont perdre leur emploi. Mais ils ignorent encore combien d’entre eux seront reclassés et quelles seront leurs véritables conditions de départ. Tandis que leur avocate, Delphine Frahi, dénonce un plan social "low cost", la direction assure faire au mieux lors des réunions avec la direction des Affaires sociales et les représentants du personnel.

RELIRE Fermeture définitive de Foreplast à Monaco: le plan social a du mal à passer

Personne au bord du chemin ?

Une situation qui n’est pas sans rappeler la phrase de Stéphane Valeri, président du Conseil national, lors de sa visite au Vatican : "A Monaco, le modèle économique et social ne laisse personne au bord du chemin."

L’ex-conseiller de gouvernement s’est insurgé de cette situation : "J’ai été pendant plus de 7 ans conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et de la Santé et j’ai été confronté, avec mon équipe du département, à plusieurs plans sociaux, comme notamment pour Borgwarner, Theramex ou pour Mecaplast (désormais groupe Novares). Tous les pays développés ont en effet à connaître, malheureusement, ce genre de décisions, toujours douloureuses pour les salariés concernés, et liées à l’évolution de l’économie et sa mondialisation. Lorsque cela arrive à Monaco, dont le modèle social avancé est envié partout en Europe, par exemple pour ses meilleurs remboursements maladie, prestations familiales et régime de retraite, le gouvernement, à travers son département des Affaires sociales, doit agir comme je l’ai fait à l’époque, pour que “personne ne soit laissé au bord du chemin”."

"manifestement orchestrée depuis de longs mois"

Il se souvient s’être "pleinement investi" entouré de son équipe et avoir obtenu des "conditions favorables pour les salariés, très au-delà des minimums obligatoires et légaux". Il évoque aussi les dispositifs spécifiques de suivi mis en place avec les services de l’emploi "afin de leur permettre la meilleure réinsertion professionnelle possible", et qui seront également mis en place pour les anciens salariés de Foreplast.

Dans le cas du plan social de Mecaplast, que les salariés de Foreplast ont tous connu, il se souvient de négociations difficiles et n’hésite pas à évoquer "les remerciements des délégués syndicaux, qui étaient satisfaits du résultat et dont les intérêts étaient déjà défendus par Maître Frahi".

L’avocate nous a cependant confié qu’il est difficile de comparer les deux plans sociaux, puisqu’en 2014, l’avenir de l’entreprise était engagé, ce qui favorise certains sacrifices. Aujourd’hui, Novares n’hésite pas à communiquer sur sa très bonne santé financière, et les représentants du personnel affirment n’avoir reçu aucun soutien dans leur volonté de redresser l’activité de la filiale Foreplast. Ce qui faisait dire à Delphine Frahi le 2 août dernier dans nos colonnes : "Cette mesure a été manifestement orchestrée depuis de longs mois à l’insu des salariés et des autorités monégasques".

Quand Novares bénéficiait d’aides financières de l’État

S’il confie ne pas connaître les détails du plan en cours, Stéphane Valeri n’hésite pas à faire part de son point de vue sur la question : "Pour obtenir des résultats favorables aux salariés, particulièrement dans un cas de fermeture totale et lorsque la plupart d’entre eux ont consacré la plus grande partie de leur vie professionnelle à l’entreprise, il ne faut pas hésiter à placer les dirigeants face à leurs responsabilités. Il faut leur rappeler que le gouvernement n’a jamais manqué à l’appel de ces mêmes dirigeants pour soutenir financièrement des mesures de préservation de l’emploi, à plusieurs reprises, leur permettant ainsi de traverser des périodes de crise. Novares ne peut pas bénéficier un jour de l’accompagnement de l’État, et le lendemain ne pas considérer à sa juste valeur ce que représente pour ces salariés, le drame vécu de la fermeture de l’usine après tant d’années de travail. C’est ce que doit rappeler fermement le Gouvernement à sa direction. Je confirme donc qu’à Monaco et quand l’État joue pleinement son rôle, notre modèle économique et social ne laisse personne au bord du chemin. C’est une expression que j’assume et c’est ma conviction profonde."

Une source proche du dossier rappelle que plusieurs réunions ont été organisées à l’initiative de Didier Gamerdinger, et assure que "le département des Affaires sociales et de la Santé et la direction du Travail suivent cette situation avec la plus grande attention. Une relation directe et personnelle avec les syndicats et délégués des salariés comme avec la direction du groupe Foreplast est maintenue heure par heure sur ce dossier. Une nouvelle réunion est prévue fin août avec l’ensemble des parties prenantes, avec comme objectif constant de maintenir le dialogue et de rechercher des solutions positives."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct