Rubriques




Se connecter à

"Faire vivre son courage": Monaco honore le sergent Thierry Pérard, mort au feu lors d'une intervention

Ce vendredi matin, un hommage national a été rendu au sergent Thierry Pérard, 51 ans, mort au feu ce dimanche lors d’une intervention à Monaco. Il a été élevé au grade supérieur à titre posthume.

Thibaut Parat Publié le 25/06/2022 à 11:52, mis à jour le 25/06/2022 à 11:53
La messe de funérailles a suivi les honneurs funèbres militaires. Photo Dylan Meiffret

Digne face au deuil, mais naturellement gagné par l’émotion, le lieutenant-colonel Maxime Yvrard a prononcé un poignant éloge funèbre sur la place du Campanin.

Devant la famille du défunt sergent Thierry Pérard, placée sous une tente blanche, devant les combattants du feu en tenue, les autorités civiles, religieuses et militaires. "Vous, la famille et les amis. Nous, les frères d’armes. Nous venons de perdre trop tôt, de façon trop violente, un être cher. Incontestablement, il va nous manquer. Il nous manque déjà", a introduit le chef des corps des sapeurs-pompiers de Monaco.

Revenant sur les circonstances tragiques qui ont conduit à sa disparition, ce dimanche, il a souligné le "sacrifice ultime" du sous-officier au 21 avenue Princesse-Grace, où un incendie d’appartement faisait rage. "Les deux occupantes sont prises au piège. Les sauvetages sont ordonnés. Le sergent Pérard s’engage, n’écoutant que son courage et ce malgré l’extrême violence. Les deux personnes seront sauvées. Lui ne ressortira pas."

"Belles qualités humaines"

Puis, le lieutenant-colonel Maxime Yvrard a évoqué l’ascension de ce natif de la vallée du Rhône, dont le père était sapeur-pompier volontaire. De ses débuts en 1985 comme jeune sapeur-pompier à Saint-Martin-de-Crau jusqu’à ce funeste 19 juin 2022. Un jour de Fête des Pères. "Il a toujours fait honneur à son métier", martèle-t-il.

Le lieutenant-colonel Maxime Yvrard, chef du corps des sapeurs-pompiers de Monaco, a prononcé l’éloge funèbre. Photo Manuel Vitali / Dir Com.

Entre son service dans cette petite commune des Bouches-du-Rhône et son arrivée en Principauté, à l’été 1995, Thierry Pérard s’engage dans la marine nationale pour y réaliser son service militaire en tant que marin-pompier à la base navale de Brest. Puis, "dès son incorporation à Monaco, il se distingue rapidement par ses excellents résultats, son envie de servir, sa volonté de réussir", souligne le chef de corps.

Il gravit logiquement les échelons. Caporal, le 1er avril 2008. Sergent, le 11 novembre 2018. "Tout au long de son parcours, il nous a montré de belles qualités humaines et un sens du devoir hors du commun. C’était un homme d’action, réfléchi, rassurant en toutes circonstances et d’un calme face au danger, ce qui caractérise les soldats du feu expérimentés."

"Vous ferez vivre le courage de ce combattant du feu"

Médaillé à plusieurs reprises ces dernières années (*), le sergent Thierry Pérard avait, aussi, été félicité pour ses interventions remarquées dans d’autres violents feux d’appartements. En mai 2012, au 20 boulevard d’Italie, puis au 56 Avenue du Trois-Septembre à Cap-d’Ail en décembre 2016. "Sa vie était de se donner pour les autres, de se donner pour aider, secourir et servir, de se donner par amour pour sa famille, pour sa fille Mathilde."

Et s’adressant à ses hommes : "A chaque intervention, vous vous rappellerez et ferez vivre le courage de ce combattant du feu pour qui seul la mission comptait (...) Son dernier engagement exemplaire, qui l’a conduit à laisser sa vie pour les autres, restera gravé dans les mémoires du Corps et nous oblige à y rester toujours plus fidèle."

 

* Médaille d’honneur de 1re classe en vermeil ; médaille de reconnaissance de la Croix-Rouge monégasque en bronze ; médaille du Mérite national du sang en bronze.

L'hommage

"Nous osons dire aujourd’hui, que c’est en combattant, en combattant du feu, que Thierry a donné sa vie, et donc que nous ne devrons jamais le considérer comme une victime d’un destin tragique (...) Thierry était un sous-officier depuis longtemps aguerri, au tempérament calme, un professionnel. Il connaissait les risques face au feu. C’est avec détermination, parce qu’il y allait, selon les messages reçus, de la vie de potentielles victimes, qu’il s’est engagé dimanche après-midi. Il ne cherchait pas une aventure, des émotions fortes, que sais-je…il accomplissait son devoir de sauveteur, de sapeur-pompier."
L’abbé Christian Venard, aumônier de la Force publique de Monaco, lors de son homélie.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.