“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eté danse : deux ballets très BD !

Mis à jour le 21/07/2017 à 05:07 Publié le 21/07/2017 à 05:07
« Memento mori » de Sidi Larbi Cherkaoui (à g.) et « Mâssacre » de Verbruggen (à dr.).

« Memento mori » de Sidi Larbi Cherkaoui (à g.) et « Mâssacre » de Verbruggen (à dr.). Alice Blangero

Eté danse : deux ballets très BD !

Deux créations mondiales ont été données, hier soir dans une salle Garnier comble, en présence de la princesse Caroline

Le printemps vous salue bien ! Au plein cœur de l'été, on a célébré son sacre, hier soir, Salle Garnier. Oui, le « Sacre du printemps ». Enfin, pas l'original. Car la partition de Stravinsky avait été repeinte en jazz. Mais c'était du meilleur effet.

Sur cette musique nouvelle nullement sacrilège, ce génial trublion qu'est Jeroen Verbruggen, ex-danseur étoile des Ballets de Monte-Carlo devenu chorégraphe, a inventé une danse de son cru qui a été vue et applaudie par une salle comble, en présence de la princesse Caroline de Hanovre.

Au début, des messieurs seulement vêtus d'un slip et d'un chapeau rouges vous invitent à entrer dans la danse. Ils sont rejoints par des figures féminines sorties d'un rêve tribal - des personnages qui auraient pu venir d'une BD ou d'un jeu vidéo. Et tout ce monde se met à faire vivre sur un mode moderne les cérémonies primitives du « Sacre du printemps ». Cela vous tient en haleine d'un bout à l'autre. Verbruggen a intitulé ce ballet « Mâssacre ». Il y a une erreur pronominale : il devrait s'intituler « Mon sacre » : car ce ballet est vraiment le sacre de Verbruggen !

Pas loin de Star Wars

Autre création, hier soir, celle de « Memento mori » du fameux chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui. Ce ballet achève sa trilogie commencée les années précédentes avec « In memoriam » et « Mea culpa ». On voit par là que Sidi n'a pas perdu son latin.

À part cela, on est ici encore un univers BD, proche de Star Wars - une BD dessinée à l'encre noire, entourée d'effets laser.

Dans le programme, Sidi Larbi Cherkaoui nous explique qu'il y a un exercice de philo dans son propos : « Souviens-toi que tu vas mourir ». Merci pour la mise en garde ! Bon, il y avait quand même beaucoup d'espoir de vie dans ce qu'on a vu hier soir. C'était tant mieux. On a vu l'admirable Ballet de Monte-Carlo aller, venir, se démener, couler, sauter, se démener, se rassembler. On était pris. Ce Sidi, c'était vraiment bienvenu !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct