“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Etape princière pour le documentaire du Grand Prix Diffusion sur TF1 le week-end du GP

Mis à jour le 09/03/2019 à 10:29 Publié le 09/03/2019 à 10:29
Le souverain, narrateur du documentaire, est aussi l’acteur principal de la séquence d’ouverture du film, tournée au Palais princier.

Le souverain, narrateur du documentaire, est aussi l’acteur principal de la séquence d’ouverture du film, tournée au Palais princier. Check Productions

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Etape princière pour le documentaire du Grand Prix Diffusion sur TF1 le week-end du GP

Les équipes de Check Productions, qui préparent un film retraçant les 90 ans du Grand Prix de Monte-Carlo, ont tourné la séquence d’ouverture au Palais, avec le prince en guest star

Elle est la star de la séquence d’ouverture. Une authentique Bugatti de 1929 ayant couru le premier Grand Prix de Monaco fait le tour de la Principauté. Pas d’elle-même - le poids des années l’en empêche - mais logée sur la plateforme d’un camion pour cette parade inédite avec un mystérieux coffre pour copilote. Après avoir gravi l’avenue de la Quarantaine, l’attelage fait son entrée au Palais princier. Accueilli par le prince Albert II himself, qui se met alors en quête d’ouvrir ce coffre pour y découvrir les archives du tout premier Grand Prix.

Voilà à quoi ressemblent les premières minutes de « Grand Prix de Monaco, la légende ». Un documentaire de la société Check Productions, en cours de production, qui célébrera le 90e anniversaire de l’arrivée de la course automobile en Principauté.

Des témoignages uniques

La soixantaine de personnes qui travaille sur ce projet a investi, il y a quelques jours, le Palais princier. Transformant la salle de projection privée en studio pour capter cette séquence d’ouverture avec le souverain, qui sera le narrateur du documentaire.

« Le prince Albert II a passé trois heures avec nous, se prêtant au jeu des différentes séquences, très intéressé par l’histoire du Grand Prix qui le passionne », détaille Yann-Antony Noghès, patron de Check Productions.

Un privilège princier parmi d’autres car les bonnes fées de la Principauté semblent s’être penchées sur ce documentaire. « Au-delà de nos espérances, tout le monde s’est prêté au jeu en Principauté et nous avons eu entre les mains des documents inestimables, pour ce tournage, sortis des archives du Palais, de l’Institut audiovisuel. Mais aussi de l’Automobile club qui nous a ouvert toutes ses archives où l’on trouve notamment les premières coupes remises aux vainqueurs ou l’affiche originale de 1929. L’appel à témoins nous a permis aussi de récupérer quelques images inédites et documents de familles de Monaco », continue Yann-Antony Noghès.

Autre privilège, l’accord de toute la planète F1 pour témoigner. « Nous avons rencontré par exemple Jackie Stewart, Nico Rosberg, Alain Prost, Mika Häkkinen… jusqu’à Charles Leclerc. Tous les grands pilotes vivants témoignent dans ce documentaire. »

Pour mettre en scène le propos, quelques scènes ont été reconstituées par le réalisateur du documentaire Franck Florino. Comme le coup de poker d’Antony Noghès en 1928, qui tient tête aux décideurs internationaux pensant que Monaco est trop petit pour accueillir une course automobile…

On se retrouvera aussi dans l’atmosphère explosive du carambolage de Fangio en 1950. Mais aussi en coulisses, les veilles de Grand Prix dans les années 60 où les soirées s’éternisent et les pilotes ont comme jeu favori de franchir en courant, et en un tour, la porte à tambours de l’Hôtel de Paris. Des grandes et des petites histoires qui ont fait la légende ce rendez-vous de la F1 depuis 90 ans.

« Et symboliquement, le documentaire s’ouvre avec cette Bugatti de 1929 et s’achève avec une Venturi électrique de 2019. Ainsi, on se met aussi dans la roue des engagements environnementaux du pays avec ce documentaire. » Documentaire qui aura deux versions : une de 52 et l’autre de 90 minutes.

Si le documentaire en version longue doit être diffusé en primeur sur Monaco Info en mai, actuellement, l’équipe de Check Productions a entamé une campagne de distribution internationale pour proposer son « bébé » dans le monde entier. « Principalement, nous ciblons des chaînes qui diffusent le Grand Prix de Monaco », explique Yann-Antony Noghès.

Qui défend avec cœur les atouts du projet qu’il produit, puisqu’il raconte, en filigrane, l’histoire de son grand-père, Antony Noghès, qui a créé le circuit du Grand Prix monégasque au début du XXe siècle.

Heureux aussi de confirmer que le film sera diffusé sur TF1, le week-end du Grand Prix. « Cet accord s’est concrétisé grâce à Geneviève Berti qui dirige la direction de la Communication et qui est co-productrice du documentaire. C’est elle qui a décroché l’accord de TF1 », précise-t-il.

Le doc’ a été également acheté par la RTBF en Belgique, et la chaîne RTS en Suisse pour une diffusion au printemps.

En attendant, l’étape du montage et de la post-production est toujours en cours. Avec l’espoir d’achever le film à la mi-avril. Et peut-être réfléchir à une avant-première événementielle en Principauté…

L’équipe a posé ses caméras dans la salle de projection privée du Palais, un lieu imaginé par la princesse Grace en son temps.
L’équipe a posé ses caméras dans la salle de projection privée du Palais, un lieu imaginé par la princesse Grace en son temps. Gaetan Luci / Palais princier
La Bentley de 1929 à son arrivée au Palais.
(Ph.A.Bastello/Palais princier)
Et la Venturi électrique qui clôt le documentaire.
(Ph.A.Bastello/Palais princier)

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.