“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Et si le sport devenait un outil de diplomatie ?

Mis à jour le 25/11/2016 à 05:06 Publié le 25/11/2016 à 05:06
Pál Schmitt (à gauche), président de la Hongrie entre 2010 et 2012, membre du CIO, médaillé d'or d'épée par équipes aux Jeux Olympiques de 1968 et 1972, et Juan Carlos Sainz-Borgo, doyen des relations extérieures de l'Université pour la Paix, créée par l'ONU au Costa Rica.

Pál Schmitt (à gauche), président de la Hongrie entre 2010 et 2012, membre du CIO, médaillé d'or d'épée par équipes aux Jeux Olympiques de 1968 et 1972, et Juan Carlos Sainz-Borgo, doyen des relations extérieures de l'Université pour la Paix, créée par l'ONU au Costa Rica. Ferenc Isza/ AFP et N.H.-F.

Et si le sport devenait un outil de diplomatie ?

Il a été question des liens entre sport et relations internationales, hier lors du forum Peace and Sport. Mais si le potentiel existe, il reste encore à trouver des applications durables

Un monde feutré, avec ses codes et ses négociations d'alcôves. La diplomatie est un univers où beaucoup de choses se passent loin des regards et où, parfois, le sport s'invite. Un milieu où là aussi, les décisions se prennent souvent en coulisses et les enjeux dépassent ceux des matches. Il a été question de diplomatie par le sport, hier, lors du forum Peace and Sport(1). Dirigeants ou chercheurs ont cherché à savoir comment le sport peut contribuer à la paix.

« La façon la plus évidente, c'est en organisant des événements internationaux, pose Pál Schmitt, président de la Hongrie entre 2010 et 2012, membre du CIO, médaillé d'or à...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct