“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Et le rideau sur Le Zinc est tombé

Mis à jour le 26/03/2016 à 05:08 Publié le 26/03/2016 à 05:08
Sandrine, 84 ans et une pêche d'enfer, passe la main avec tout de même un petit pincement au cœur.

Sandrine, 84 ans et une pêche d'enfer, passe la main avec tout de même un petit pincement au cœur. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Et le rideau sur Le Zinc est tombé

On a eu beau guetter, pas l'ombre d'une larme n'a roulé sur les joues de Sandrine Bal Dit Craquin.

On a eu beau guetter, pas l'ombre d'une larme n'a roulé sur les joues de Sandrine Bal Dit Craquin. Après 60 ans d'exercice, la sémillante « patronne » du bar Le Zinc, sous la halle du marché de la Condamine, raccroche le tire-bouchon. Si elle est encore présente aujourd'hui, c'est hier que les habitués se sont rassemblés sur les coups de midi pour boire un verre à sa santé. Et quelle santé, à 84 ans : « Elle se serait bien vue continuer », souffle son neveu Alain Cavargini, qui travaille à ses côtés.

« L'ADN de Monaco »

Le Zinc, c'est fini, vive Le Zinc (car son nom va perdurer) ! « Ah j'en ai vu passer des gens au bar, se souvient Sandrine en montrant des photos des années 80. Avant j'étais près de chez Rinaldi, du temps où les voitures se garaient encore sur la place d'Armes. Je me rappelle d'une dame qui laissait ses clés sur la voiture pour qu'on puisse la bouger si elle gênait. J'ai tout vu : les travaux, les rénovations. Le marché a beaucoup évolué. » Mais les clients, eux, n'ont pas changé.

« Il a fallu attendre 60 ans pour qu'elle paie son coup Sandrine ! » la taquine l'un des habitués. Mine de rien, ça leur fait bizarre de se dire que lundi, elle ne sera plus là. Que la petite brune de derrière le zinc sera peut-être devant le comptoir, comme une cliente. « Ce n'est pas dit, elle n'a pas l'air de vouloir partir ! » s'amuse Louis-Michel Auréglia, l'un des trois nouveaux patrons avec Julia Masini et Nick Van Der Heyden.

Ces derniers entendent bien conserver l'esprit des lieux. « C'est un peu l'ADN de Monaco », confie Louis-Michel Auréglia. Le Monégasque compte bien opérer « une transition rapide. On va faire quelques travaux pour rafraîchir la déco mais en gardant l'esprit bar à l'ancienne ».

Ce côté du marché va retrouver un nouveau souffle car d'ici peu va ouvrir un autre bar, juste à côté des portes d'entrée, tenu par Annabelle : Le Tapu (ce qui signifie bouchon en monégasque).

Et si l'alchimie prend, le nouveau Zinc devrait ouvrir un peu plus tard en soirée aux beaux jours.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.