Entre de bonnes mains

Que ce soit au bord de la pelouse du stade Louis-II ou du parquet de la salle Gaston-Médecin, ils sont là.

Article réservé aux abonnés
Publié le 13/06/2018 à 05:07, mis à jour le 13/06/2018 à 05:07
Audrey Corminboeuf

Que ce soit au bord de la pelouse du stade Louis-II ou du parquet de la salle Gaston-Médecin, ils sont là. Mise en place de la salle, sécurité, accueil, contrôle… Les stadiers arrivent les premiers et partent en dernier.

« Ce sont de grosses journées, les jours de match, mais j'aime ce que je fais. » René, 59 ans, a de la bouteille. Depuis dix-sept ans au service du club de foot, c'est sa troisième saison avec la Roca Team. « On m'a pris parce que je suis une grande gueule et que je sais me faire respecter », s'amuse le tout jeune retraité.

Le basket, il connaît. Ancien joueur et avec des fils basketteurs, c'est tout naturellement qu'il a rejoint les rangs en tant que chef. Aujourd'hui, il est à la tête d'une cinquantaine de personnes. « Ça va de l'étudiant au retraité, avec des hommes et des femmes. » détaille René.

La relation qu'il entretient avec le club n'a pas changé depuis trois ans. « C'est un rapport de confiance. Les joueurs nous disent bonjour, ils savent que nous sommes là pour eux. » René et son équipe ont une mission majeure : « faire régner l'ordre ». Alors, quand les supporters turcs de Banvit ont fait le déplacement pour le quart de finale de la Ligue des champions, René a fait appel à des renforts. « De 40 stadiers en saison régulière pour les petits matchs, on est passé à 55 pour ce match-là. » Aucun incident n'a été à déplorer. Le chef assure : « On n'a jamais de gros problèmes. Parfois, il y en a des petits mais ils sont toujours très vite réglés. »

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.