Rubriques




Se connecter à

énergie : mieux comprendre pour agir

Dès lundi, 5 000 questionnaires seront envoyés par la Smeg à un panel de résidents monégasques, pour analyser la répartition de leur consommation.

Ludovic Mercier Publié le 06/05/2017 à 05:07, mis à jour le 06/05/2017 à 05:07
Charly Gallo / DirCom

Dès lundi, 5 000 questionnaires seront envoyés par la Smeg à un panel de résidents monégasques, pour analyser la répartition de leur consommation. Pour Thomas Battaglione, directeur général de la Smeg, l'idée générale est d'« interroger pour comprendre, de comprendre pour agir, et d'agir pour réduire » la consommation énergétique. « Il est essentiel que chacun joue le jeu, car nous avons tous à y gagner », insiste-t-il.

Accessible en ligne, cette enquête offrira la particularité de donner immédiatement aux consommateurs leur propre résultat. « Il y a un effet magique : on a constaté que la simple vision des chiffres suffit souvent à faire baisser la consommation », lance Thomas Battaglione.

Cette enquête, baptisée Data+, est la petite sœur d'une autre, qui était destinée aux professionnels. 1 300 entreprises ont déjà été interrogées, et cela a déjà permis de mettre en œuvre des gestes simples mais efficaces. Le directeur se veut encourageant : « Agir, ça peut être couper la climatisation dans les chambres inoccupées d'un hôtel, par exemple. À la Smeg, nous avons juste modifié nos paramètres de température, ce qui nous a permis de baisser la consommation de 8 %, sans le moindre investissement. » Et si 100 entreprises consomment à elles seules 56 % de l'énergie de Monaco, le reste de la population est responsable de l'autre moitié. Et chaque petit geste apporte sa pierre à l'édifice.

 

Agir à son échelle

Le portail internet invitera le consommateur à participer à un questionnaire très précis, qui va du type d'habitation (maison ou appartement, étage, superficie, période de construction), aux équipements et habitudes, en passant par la composition du foyer. Très rapide, il permet d'offrir une visualisation graphique de la consommation, et donc des pistes de réflexion sur les actions à mener, à l'échelle individuelle. Par exemple, un couple qui vit dans un deux-pièces de 75 m2, construit dans les années soixante-dix, divise sa consommation électrique par deux en passant de simples convecteurs à une climatisation réversible (pourvu qu'elle soit bien réglée). Tout au long du processus d'investigation, qui durera jusqu'au 15 juillet, les sondés auront la possibilité de modifier leurs réponses, et d'avoir une vision actualisée de leur budget énergie.

Pour la Smeg, l'enjeu était de « rendre attractif un procédé qui peut sembler rébarbatif ».

Lancée en partenariat avec le gouvernement, c'est la première fois qu'une telle enquête se déroule à l'échelle d'un État. La dimension de la Principauté devient ainsi un atout pour véritablement agir. Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l'Équipement, de l'Environnement et de l'Urbanisme, a rappelé l'engagement du gouvernement monégasque dans la protection de la planète. Le but est de parvenir à réduire de 50 % les gaz à effet de serre d'ici 2030 (par rapport aux chiffres de 1990), et de parvenir à une neutralité des émissions à l'horizon 2050. « Si ces objectifs sont ambitieux, ils sont à la hauteur des enjeux pour la planète », a-t-elle rappelé.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.