“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

En route vers le 70e !

Mis à jour le 13/08/2018 à 05:16 Publié le 13/08/2018 à 05:16
Dans les jardins de la villa Serena.

Dans les jardins de la villa Serena. A.P.

En route vers le 70e !

Après l'incontestable succès du 69e Festival de musique, achevé samedi, cap, l'an prochain, vers l'édition de la nouvelle décennie

Au lendemain du grand succès du 69e Festival de musique de Menton, qui s'est achevé samedi soir, la question était hier sur toutes les lèvres : comment pourra-t-on faire mieux lors du festival du soixante-dixième anniversaire, l'an prochain ?

La réponse reviendra, bien sûr, au directeur artistique Paul-Emmanuel Thomas qui, depuis cinq ans qu'il est au pouvoir, ne nous a jamais déçus. Mais comme avec lui, les secrets de programmation sont aussi bien gardés que les coffres de la Banque de France, il nous faudra attendre encore quelque temps.

Alors, avant de se projeter dans l'avenir, une bonne centaine de festivaliers se sont réunis dans la nuit de samedi à dimanche pour un grand dîner de fin de festival à la Villa Serena, en présence de Jean-Claude Guibal, maire de Menton, et Colette Giudicelli, sénateur des Alpes-Maritimes.

Le grand Lars Vogt pour le final

Les jardins étaient animés par des saynètes mises au point par l'équipe des espaces verts de la Ville, sur le thème de la piraterie maritime, diffusant au milieu des frondaisons de grandes bouffées de musique du Vaisseau fantôme de Wagner.

Le héros du concert final, Lars Vogt, fut largement fêté pour sa double performance de pianiste et de chef d'orchestre dans le concerto L'Empereur de Beethoven. Sur les coups de minuit, c'est lui qui avait égrainé, sur le parvis Saint-Michel, les ultimes notes du festival en jouant en bis après son époustouflant concerto une petite berceuse du compositeur tchèque Janacek.

Le festival s'était donc endormi en douceur jusqu'à son réveil lors de son soixante-dixième anniversaire en août prochain. Et là, on peut imaginer un réveil en fanfare !


La suite du direct