Rubriques




Se connecter à

En raison de la canicule, cette maison de retraite à Brignoles accroît sa vigilance et accueille des personnes isolées

Le personnel de la maison de retraite médicalisée, une unité dépendante de l'hôpital situé en cœur de ville, redouble de vigilance face aux très fortes chaleurs et s'adapte au cas de chacun.

S. Chaudhari Publié le 03/08/2018 à 15:59, mis à jour le 03/08/2018 à 15:53
Le service « gériatrie » est installé dans une structure annexe de l'hôpital, sur le boulevard De Lattre-de-Tassigny. Gilbert Rinaudo

"Contrairement à ce qu'on peut penser, boire de l'eau glacée n'est pas forcément une bonne solution pour se rafraîchir, explique Samuel Hengbart, cadre de santé à la maison de retraite de l'avenue De Lattre-de-Tassigny. En lui imposant un écart de température, le corps doit réagir en dépensant de l'énergie pour se réchauffer."

La démonstration est valable pour les glaces et autres produits surgelés.

Seule solution efficace pour le soignant de cet EHPAD/USLD* : l'eau. Celle que l'on boit à température ambiante ou réfrigérée (un litre et demi environ par jour) ; celle qu'on utilise sous forme de brumisateur (le ventilateur est le bienvenu) et celle qui détend et rafraîchit, sous la douche ou dans le bain.

Des distributions systématiques à 11 h, 16 h et le soir

Mardi, en fin de journée, après la décision du préfet de passer au niveau 3/4 de l'alerte canicule, le personnel soignant de la maison de retraite - plus connue sous le nom "V120" - a renforcé sa vigilance et immédiatement mis en place les mesures supplémentaires prévues.

 

"Ce qui change fondamentalement à ce niveau, c'est la distribution, à chaque soin, d'eau. À 11 h, 16 h et au moment du coucher".

Chaque jour, deux packs d'eau arrivent dans chacun des trois étages accueillant des patients, dont un reste au frigo.

Une surveillance accrue est maintenue pour les pensionnaires qui prennent un traitement médicamenteux spécifique.

"Certains diurétiques font aller aux toilettes plus souvent. Nous veillons à ce que l'apport en eau soit suffisant".

 

Les leçons de la canicule 2003 tirés

La sérénité est donc de mise. Déjà, au début de l'été, l'apparition des fortes chaleurs et le déclenchement du premier niveau de l'alerte canicule n'avaient pas donné de sueurs froides au sein de la maison de retraite. Loin de là.

En effet, les leçons de la canicule meurtrière de 2003 ont été tirées.

Photo G.R..

Depuis cette catastrophe sur le plan sanitaire et humain, un plan "bleu" a été élaboré, comme partout en France, en partenariat avec les services ad hoc: ville, CCAS, hôpital, etc.

Dans la structure de soins, l'installation de climatiseurs dans les couloirs et les parties communes a complètement changé la donne.

Cet équipement était réclamé afin d'assurer la continuité et la qualité de la prise en charge du patient.

 

"Nous avons, depuis, amélioré le confort de tous", confirme Samuel Hengbart.

"38° avant la pose des climatiseurs"

Auparavant, la température dans les chambres pouvait atteindre jusqu'à "38 degrés", ce qui alourdissait les tâches, notamment lors des toilettes individuelles.

La commune de Brignoles a, par ailleurs, mis à disposition le salon climatisé du rez-de-chaussée afin d'accueillir les personnes isolées, extérieures à l'établissement.

Ces dernières, recensées par le CCAS (Centre communal d'action sociale) bénéficient des animations et du goûter pendant quelques heures, de 14 h à 17 h 30.

Un minibus assure le transport de ces habitants "en grande fragilité" et sont encadrés par un agent du CCAS.

 

"C'est également une prise de contact qui nous permet de repérer une personne qui habite un logement non adapté".

Les épisodes de canicule, survenant désormais "deux à trois fois par an", génèrent des automatismes dans l'esprit des pensionnaires, lesquels sont souvent habitués aux vagues de chaleur provençale, pour y avoir passé une grande partie de leur vie.

"Nous avons des patients qui ne reconnaissent plus leurs enfants, mais dès qu'il faut chaud, vérifient si les volets sont bien fermés…", assure le directeur de l'hôpital, Richard Lamouroux.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.