“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

En Principauté, les crèches vers une réouverture partielle dès le 9 juin

Mis à jour le 01/06/2020 à 22:47 Publié le 02/06/2020 à 07:00
Illustration d'une crèche.

Illustration d'une crèche. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

En Principauté, les crèches vers une réouverture partielle dès le 9 juin

La mairie remet en activité 80 places dans ses deux plus grands établissements à Monaco-ville et à la Condamine, destinées aux enfants de parents qui ne peuvent pas faire autrement.

Après la reprise progressive de la vie scolaire depuis le 11 mai dernier, c’est au tour des crèches municipales d’annoncer une réouverture en douceur, pour accueillir les enfants de la Principauté à partir du 9 juin.

"Considérant le contexte, il s’agit d’une reprise partielle, dans le respect des règles sanitaires, avec une organisation particulière", précise d’emblée Chloé Boscagli-Leclercq, adjointe au maire en charge de la Jeunesse dans l’équipe communale.

20 % des effectifs normaux

En effet, la mairie, qui dispose de 380 places de crèches dans différentes structures municipales en Principauté, ne remettra en pleine activité que deux établissements, à savoir les plus grands de son parc: L’Île aux Bambins, située au pied de l’immeuble Hélios sur la place du Canton, et la crèche de Monaco-ville.

De quoi disposer de 80 berceaux, soit 20% des effectifs habituels. Pas davantage. "Nous agissons en concertation avec le gouvernement pour cette réouverture partielle destinée à l’accueil d’enfants dont les parents se trouvent en grande difficulté de garde", continue Chloé Boscagli-Leclercq.

Pendant toute la période du confinement, une garde en crèche a fonctionné pour assurer un service aux parents mobilisés professionnellement dans la lutte contre l’épidémie.

À l’heure d’une reprise économique importante, il était nécessaire d’étendre cette capacité d’accueil, même si elle demeure toujours restreinte par rapport à la normale.

Et les parents ont dû se manifester auprès du service de la Petite enfance de la mairie pour demander une place.

"Nous étudions toutes les situations, face à ces contraintes exceptionnelles", précise l’élue. Et pour ceux qui sont sur liste d’attente, les équipes espèrent pouvoir organiser les plannings en fonction des enfants qui ne viennent pas à la crèche tous les jours, pour disposer de capacité d’accueil étendue.

À l’heure du déconfinement total, la réouverture des deux crèches sera bien évidemment contrainte aux règles sanitaires et sécuritaires en vigueur dans les établissements qui accueillent du public.

Personnel et enfants testés

"C’est pourquoi notre choix s’est porté sur le fait de remettre pleinement en activité nos deux plus grandes structures collectives qui sont toutes les deux sur un seul niveau, où il est plus simple d’appliquer ces règles."

Pour chaque crèche, des groupes seront constitués, n’excédant pas dix enfants. Et ni les groupes d’enfants, ni les professionnels qui s’en occupent, ni les parents ne se croiseront.

Les services de la petite enfance ont mobilisé le double d’effectif nécessaire, soit une cinquantaine de personnes, pour ce nouveau système. Un travail dans des conditions particulières avec tout le protocole sanitaire adéquat. Marqué notamment par le port du masque obligatoire pour les équipes.

Et le fait qu’à la fois les professionnels et les enfants auront été testés au Covid-19 avant le 9 juin, pour reprendre ce bain de collectivité.

Avec l’espoir d’un retour à la normale en septembre, ces mesures pour le fonctionnement des crèches municipales, doivent demeurer en vigueur jusqu’au 28 août prochain.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.