“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

"Elle souffrait de perte d'équilibre, avait du mal à se déplacer": la vétérinaire de Népal raconte les derniers moments de l'éléphante

Mis à jour le 04/05/2018 à 08:28 Publié le 04/05/2018 à 08:00
Florence Ollivet-Courtois: "Maintenant que Népal est partie, la princesse et l'équipe soignante sont présentes à 100% auprès de Baby."

Florence Ollivet-Courtois: "Maintenant que Népal est partie, la princesse et l'équipe soignante sont présentes à 100% auprès de Baby." Photo Frédéric Nébinger

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Elle souffrait de perte d'équilibre, avait du mal à se déplacer": la vétérinaire de Népal raconte les derniers moments de l'éléphante

Florence Ollivet-Courtois est la vétérinaire des éléphantes Baby et Népal. Dans cet entretien, elle raconte la tristesse après la mort de Népal et évoque l'avenir de Baby.

Elle les appelle "les filles". Florence Ollivet-Courtois est la vétérinaire de Baby et Népal, les deux éléphantes recueillies par la princesse Stéphanie en 2013 au domaine de Fontbonne, sur le plateau du Mont Agel. Cette spécialiste de la faune sauvage et particulièrement des pachydermes s'occupaient des «filles» bien avant que la sœur du souverain ne soit alertée de la décision d'un zoo - le Parc de la Tête d'Or à Lyon - de procéder à l'euthanasie de Baby et Népal, suspectées d'avoir contracté la tuberculose.

Depuis dimanche et le décès de Népal (lire notre édition du 2 mai), Florence Ollivet-Courtois est inconsolable. Elle raconte ici le combat mené en 2013 pour sauver Baby et Népal, la vie que «les filles» mènent depuis sur les hauteurs de Monaco, le devenir de Baby et l'investissement «admirable» de la princesse Stéphanie.

Comment avez-vous vécu la disparition de Népal, dimanche?
Très mal. Le deuil est très dur pour la princesse et toute l'équipe soignante. Les éléphants sont une espèce animale particulière, qui développe avec les humains un affect hors norme. Les éléphants ont une personnalité spécifique et une durée de vie suffisamment longue pour nouer avec les hommes des liens très forts. Nous vivons donc un deuil profond, presque humain.

D'autant que ce lien était particulièrement fort avec Népal…
La princesse Stéphanie avait effectivement une connexion singulière avec Népal. Cette éléphante suscitait un affect très fort. Franchement, c'est très dur psychologiquement pour nous tous. On se demande si on a tout fait, s'il n'y avait pas quelque chose d'autre à tenter. Mais j'ai vraiment tout fait pour la soigner.

"Une connexion singulière avec Népal"

Comment la santé de Népal s'est-elle dégradée?
Jusqu'en juillet 2017, Népal était en parfaite santé. Pendant les quatre premières années, je suis venue au moins deux fois par an pour procéder aux bilans de santé de Baby et Népal. Pour tout vous dire, je venais un peu plus souvent, à titre privé, car j'ai une affection particulière pour ces deux éléphantes, depuis le combat que l'on a mené pour les sauver de l'euthanasie. J'ai également noué des liens étroits avec la princesse. La porte m'a toujours été ouverte.

Et en juillet dernier…
Il y a un an environ, on a constaté que Népal avait perdu un peu de poids. On a donc effectué une analyse de sang plus précise et détecté une anomalie rénale. En juillet, donc, une échographie a confirmé un dysfonctionnement rénal. En fin d'année, l'insuffisance rénale s'est accentuée et Népal a encore perdu du poids. Mais on a réussi à limiter la dégradation rénale et le traitement contre l'anémie a bien fonctionné. En février 2018, Népal était revenu à son état de juillet 2017. Mais subitement, il y a un mois, il y a eu une dégradation brutale de ses paramètres rénaux. Népal souffrait de perte d'équilibre, avait du mal à se déplacer, à se nourrir. Je suis venue en urgence. Après avoir tout tenté, j'ai compris, ce week-end, que la mort était inéluctable. Nous l'avons accompagnée pour qu'elle ne souffre pas.

Qu'est devenu le corps de l'éléphante, après l'autopsie pratiquée sur place, au domaine de Fontbonne?
C'est une grosse logistique. Un transporteur est venu avec un engin de levage et un camion pour la transporter vers un service d'incinération spécialisé dans les gros animaux.

"Aucune décision n'est prise pour Baby"

Comment se porte Baby?
Elle va bien. Elle a juste un petit problème d'embonpoint que nous surveillons de près. On travaille sur son régime alimentaire afin qu'elle ne grossisse pas davantage et qu'elle reste à son poids actuel, qui se situe autour des quatre tonnes. Mais maintenant que Népal est partie, on veille sur elle de façon assidue. La princesse et l'équipe soignante sont présentes à 100 % auprès d'elle pour l'assister, la nourrir, l'occuper au travers d'activités. Il faut absolument éviter un impact consécutif à la disparition de Népal.

Quelles sont les options pour la suite? Baby peut-elle rester durablement seule au domaine de Fontbonne?
Aucune décision n'est actée. Il ne faut pas se prononcer dans la précipitation, d'autant qu'il n'y a pas urgence. L'équipe s'occupe très bien de Baby. Dans l'idéal, l'éléphante ne devrait pas rester seule. Ce qui est sûr, c'est que la princesse continuera d'assumer ses responsabilités, son sens du devoir sans limite envers Baby.

"L'investissement de la princesse est admirable"

Comment jugez-vous l'investissement de la princesse Stéphanie?
Je suis admirative. Son investissement émotionnel est énorme. Sur plan financier, il est considérable, aussi. Sans compter qu'elle passe beaucoup de temps auprès des éléphantes. La princesse est à la fois présente et active. Son dévouement est admirable, tout comme celui de l'équipe qu'elle a constituée autour d'elle. La princesse continuera d'endosser ses responsabilités envers Baby.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.