“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Elle réalise un timbre hommage à Mandela à Monaco

Mis à jour le 26/07/2018 à 07:55 Publié le 26/07/2018 à 05:04
Au cours d'une exposition en 2012 à Monte-Carlo, Stéfanie van Zyl rencontre la princesse Charlène. Un lien se tisse entre les deux femmes.

Au cours d'une exposition en 2012 à Monte-Carlo, Stéfanie van Zyl rencontre la princesse Charlène. Un lien se tisse entre les deux femmes. Photo Cyril Dodergny

Elle réalise un timbre hommage à Mandela à Monaco

Stéfanie van Zyl, artiste sud-africaine établie en Principauté, est l'auteure de ce portrait de l'ancien chef d'État, réalisé pour la célébration du centenaire de sa naissance

Elle est l'une des rares - voire unique - artiste sud-Africaine établie en Principauté. Un statut qui la désignait presque d'emblée pour réaliser le timbre hommage à Nelson Mandela, que vient d'émettre l'office des timbres de Monaco à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance.

Stéfanie van Zyl signe ce portrait, réalisé à la sanguine "on y voit sa sagesse et les tons chauds rappellent ceux de l'Afrique", souligne l'illustratrice née en Namibie (à l'époque rattachée à l'Afrique du Sud), qui a croisé la route de Madiba, une fois en 2007 à Monaco. "Il était présent pour un gala en compagnie du prince Albert II. J'avais réalisé un portrait d'eux ensemble. Je suis monté sur scène pour présenter mon travail, Nelson Mandela m'a vu mais je n'ai pas osé aller lui parler. C'était très impressionnant", confie-t-elle dans la langue de Molière, qu'elle manie sans accent, ce qui ferait presque oublier ses origines anglophones.

"Au cours d'un voyage, j'étais tombée amoureuse de Paris et de la langue française. Alors, en 1986, j'ai décidé de venir m'installer en France, sans connaître personne, ni langue, ni même savoir ou j'allais dormir quand je suis arrivée". Dans la capitale française, Stéfanie fait valoir ses talents d'illustratrice dans la presse. Pour Le Figaro, elle réalise une cinquantaine de portraits.

Un portrait pour la princesse Charlène

Mais face à la grisaille parisienne, les sirènes ensoleillées du Sud sont plus fortes. Et après un séjour en Provence, la lumière unique de la Cote d'Azur, qui a inspiré tant d'artistes, fini par la convaincre de s'établir en Principauté. "J'aime le côté détendu et cosmopolite de la Principauté. Et le temps qui me rappelle l'Afrique du Sud".

Au cours d'une exposition en 2012 à Monte-Carlo, elle rencontre la princesse Charlène. Un lien se tisse avec leurs origines sud-africaines communes. "Ce soir-là, elle m'a acheté deux toiles représentant des univers africains. Par la suite, j'ai vu dans la presse, sur des photos, qu'elle avait accroché ces toiles dans son bureau".

Le lien ne s'arrête pas là. Après un premier timbre en 2006 pour l'Office des Timbres pour la Croix-Rouge, Stéfanie van Zyl, réalise un portrait, d'après une photo, de la princesse Charlène. Portrait choisi pour être le premier timbre monégasque à l'effigie de la princesse. Sur l'illustration, l'épouse du souverain apparaît sur un fond floral composé de protéas, la fleur fétiche d'Afrique du Sud. Comme un clin d'œil.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.