“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Également un héros durant 39-45

Mis à jour le 10/11/2018 à 05:08 Publié le 10/11/2018 à 05:08
Henry Weber est mort à Menton en 1966.

Également un héros durant 39-45

Parmi les faits d'armes d'Henry Weber : le refus d'abandonner Menton - pourtant évacuée à deux reprises - durant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les faits d'armes d'Henry Weber : le refus d'abandonner Menton - pourtant évacuée à deux reprises - durant la Seconde Guerre mondiale. C'est que le néo Mentonnais est premier adjoint, sous la mandature de Michel Ozenda. Hors de question, pour lui, de fuir. Henry se rend à la Kommandantur, dans le Borrigo, et demande à un colonel allemand l'autorisation de faire un comité de sauvegarde. L'ennemi la lui accorde, ainsi qu'à neuf autres. Pour se faire reconnaître, ils disposent d'un laisser-passer et portent un brassard bleu-blanc-rouge habillé d'une croix de Lorraine. Mais en parallèle, Henry Weber serait à l'origine du réseau de résistance Honneur et Patrie. À la suite d'un sabotage repéré par les Allemands, plusieurs membres du réseau sont fusillés. La tête d'Henry est quant à elle mise à prix pour 50 000 francs. Prévenu à temps, il parvient à rejoindre son frère vers Antibes.

Au total, il aura reçu 18 titres et médailles pour actes de bravoure. Ne manque que la Légion d'honneur. Car comme tout Poilu qui se respecte, Henry refusa d'avoir à la demander.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.