“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Effort et sueur pour le cross du Larvotto à... Fontvieille

Mis à jour le 11/11/2019 à 10:14 Publié le 11/11/2019 à 10:14
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Effort et sueur pour le cross du Larvotto à... Fontvieille

Délocalisée le temps des travaux de requalification du site balnéaire, la compétition a réuni près de 500 athlètes hier. C’est un carabinier du prince qui a (encore) raflé la victoire

Le cross du Larvotto, 43e du nom, portait, hier matin, bien mal son nom. Pour cause, ce n’est pas sur l’habituel site balnéaire que la course urbaine s’est déroulée - le temps des deux années du chantier de requalification - mais bien à Fontvieille, autour du chapiteau et du port éponyme. « En réalité, il revient à ses origines. Le premier cross s’est déroulé il y a plus de 40 ans à Fontvieille sur le terre-plein qui n’était pas encore construit. Il n’y avait pas toutes les constructions, juste les fondations », retrace Alain Leclercq, président de l’AS Monaco Athlétisme, association organisatrice de l’événement.

À deux pas, le ballet incessant des hélicoptères aurait presque du mal à couvrir les encouragements appuyés des centaines de spectateurs disséminés sur le parcours, venus encourager près de 500 athlètes (dont 78 du club monégasque). Petits comme grands, spécialistes d’athlétisme et de triathlon comme simples férus de course à pied.

« Je préfère Fontvieille »

Une délocalisation qui n’a, semble-t-il, pas altéré la performance des favoris des huit courses de la matinée. Avec une météo, il faut le dire, un brin frisquette. Pour la course phare, les 5 200 mètres, c’est Quentin Chiai qui a raflé la victoire, la quatrième consécutive, avec un chrono officiel de 18 minutes et 3 secondes. Une bien belle foulée pour celui qui défendait les couleurs et le corps des carabiniers du prince. « Ce nouveau parcours m’a avantagé car ce n’était que de la route (le cross du Larvotto a normalement une portion dans le sable, N.D.L.R.) et je suis un routard. Il y a un vrai potentiel pour faire un beau parcours, il faudrait peut-être retirer les escaliers qui sont un peu dangereux. Je ne suis pas loin de mon record. Je suis vraiment dans mon pic de forme. Je reviens des Jeux mondiaux militaires en Chine et j’enchaîne avec le semi-marathon de Boulogne-Billancourt. » Chez les femmes, c’est Imane Zouhir qui franchit la première la ligne d’arrivée, laquelle se faufile à la 37e place dans le classement toutes catégories confondues. Une bien belle performance. « Je préfère Fontvieille ! Ici, je connaissais bien les lieux et l’effort à fournir vers la digue », a-t-elle confié au moment de brandir la coupe. A l’estrade, tous les champions et championnes se sont succédé. Avec des chronomètres divers selon les catégories et le parcours. De 1 200 mètres à 5 200 mètres.

Pas une mince affaire quand beaucoup d’entre nous préfèrent lézarder dans le canapé, en ce dimanche maussade.

5 200 mètres

2 700 mètres

2 400 mètres

1 800 mètres

1 500 mètres (poussins masculins)

1 500 mètres (poussines)

1 000 mètres (Eveil athlétisme masculin)

1 000 mètres (Eveil athlétisme féminin)

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.