“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

E-1027 invite pour le brunch

Mis à jour le 25/05/2016 à 05:02 Publié le 25/05/2016 à 05:02
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

E-1027 invite pour le brunch

Il y a ces petits mots, un peu partout.

Il y a ces petits mots, un peu partout. Sur les murs. Ancrés dans les meubles. « Peignoirs », « pour les dents », « valises ». Des annotations qui constellent toute la maison, qui invitent le visiteur à s'installer pour quelques jours, à faire comme chez lui. À prendre ses aises, à prendre le temps. À humer les embruns. à savourer la vue, aussi.

E-1027. Une accueillante villa de bord de mer. Conçue par Eileen. Pour Eileen Gray. Pour Jean Badovici. Pour leurs amis. Une maison à vivre.

Avec les années, E-1027 s'est fragilisée et nécessite des soins constants. On peut la visiter par petits groupes. À doses homéopathiques. Mais impossible d'imaginer qu'elle soit à nouveau un lieu de vie à part entière.

Parenthèse enchantée

Pour autant, l'association Cap Moderne ne souhaite pas garder le lieu sous cloche ni en faire un musée glacé. Alors, l'esprit initial de maison de bord de mer est insufflé autrement. Par des événements en extérieur. Comme ces brunchs, qui sont organisés pour la première fois cette année au mois de juin (les dimanches 5 et 19) et de juillet (dimanche 3). Après la visite du site (entre 10 h et midi), les grandes tables dressées en terrasse attendent les gourmands. Il y a du sucré et du salé. Du fromage délicatement découpé. De la charcuterie goûteuse. Du pain. De la pissaladière, des barbajuans. Des mini-burgers. Des viennoiseries. Des crêpes. Des fruits. Des cookies. Du café, des oranges à presser. On pioche, on goûte, on ripaille. C'est bon, c'est frais.

On s'installe à la grande tablée, une restanque plus bas. Vue mer ou vue E-1027. Dans les deux sens, on en prend plein les mirettes et les papilles. Moment magique. On tchatche, on sent l'air de la mer, le soleil qui caresse la peau. On aurait envie d'aller faire une sieste dans le hamac, là-haut, à l'ombre de la terrasse. Ou au frais, sur les matelas de sieste imaginés par Eileen Gray… On en oublierait presque que le lieu est fragile. On repart de cette parenthèse enchantée avec la délicieuse sensation d'avoir partagé un moment comme ont dû en avoir Eileen et Jean. Avec leurs amis aussi. Dans leur villa de bord de mer. Leur maison à vivre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.