“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Duo de cordes à la nuit tombée à Cap-d'Ail

Mis à jour le 27/07/2016 à 05:13 Publié le 27/07/2016 à 05:13
Près de 250 personnes avaient répondu présent à l'appel de l'art  au Château des Terrasses.

Près de 250 personnes avaient répondu présent à l'appel de l'art au Château des Terrasses. Photo O.V.M.

Duo de cordes à la nuit tombée à Cap-d'Ail

Ce fe tival 2016 « Juillet à Cap d'Ail » aurait dû comporter trois dates mais le deuil qui a frappé la France l'a amputé de sa première soirée.

Vendredi s'est donc joué le dernier acte de ce « Juillet à Cap d'Ail », plus classique par son répertoire que le Cap Jazz d'août qui aura lieu cette année au Château des Terrasses.

C'est dans ce décor qu'Héloïse Hervouët, au piano, et David Lefèvre, au violon, ont disputé le silence de la soirée aux cigales et enchanté leur public avec Richard Strauss et sa sonate en Mi Bémol Majeur Opus 18 et César Franck et sa sonate pour violon et piano en la majeur.

Dans la douceur de la nuit cap d'ailloise, près de 250 personnes étaient venues assister à ce concert placé, comme le précédent, sous haute surveillance. Police, contrôles des sacs et des identités à l'entrée du parc des Terrasses, on essayait vendredi à Cap-d'Ail de minimiser les risques autant que possible.

Les doigts magiques d'Héloïse Hervouët et David Lefèvre ont envoûté le public cap d'aillois.
Les doigts magiques d'Héloïse Hervouët et David Lefèvre ont envoûté le public cap d'aillois. Photo O.V.M.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct