“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Doux souvenirs d'une visite en Principauté

Mis à jour le 08/08/2018 à 05:06 Publié le 08/08/2018 à 05:06
Cartes postales, magnets, ouvre-bouteilles, stylos, dans les boutiques malgré les années, les indémodables ont toujours la côte.

Cartes postales, magnets, ouvre-bouteilles, stylos, dans les boutiques malgré les années, les indémodables ont toujours la côte. Elodie Antoine

Doux souvenirs d'une visite en Principauté

Pendant les vacances, les touristes sont nombreux à passer sur le Rocher. Pour immortaliser leur visite, avant leur départ, ils font un arrêt dans les boutiques de souvenirs. Qu'achètent-ils ?

Souvenir : avoir de nouveau présent à l'esprit quelque chose qui appartient au passé. Un souvenir peut-être gardé en mémoire, mais il peut également subsister à travers une personne ou un objet. Dans la culture touristique, il a toujours existé.

Depuis que l'homme voyage, pour se remémorer ou pour offrir, il ramène quelque chose pour garder une trace de son passage à tel ou tel endroit.

Et à proximité des lieux touristiques, les boutiques de souvenirs font partie intégrante du paysage. Sur le Rocher, dans la rue du Comte Félix Gastaldi, on n'en dénombre pas moins d'une dizaine et parfois les unes à côté des autres et souvent, elles proposent toutes des milliers de produits. Chacun peut y trouver son souvenir idéal.

Hélène est propriétaire d'une petite boutique depuis 5 ans. Elle connaît les tendances et les goûts des touristes. « Ils se dirigent souvent vers les petites choses, les magnets, les cartes postales, les stylos. D'après ce que je constate, ils sont souvent attirés par les petits prix », souligne la commerçante.

On se demande bien pourquoi, tous ces petits commerces vendent tous la même chose. Et bien la réponse est simple. C'est que ces petites babioles plaisent. Et tous sont unanimes, les magnets ont la côte. Lucy, une Londonienne en visite pour la journée a deux de ces petits objets dans un sac en plastique transparent, qu'elle fait balancer au rythme de ses pas.

Et lorsqu'on lui demande pourquoi c'est cet objet-là qu'elle a choisi de ramener, sa réponse est sans appel, « c'est quelque chose de très décoratif et tout le monde a un frigo chez soi. On l'ouvre au moins une fois par jour et quand j'ouvre la porte du mien, je vois les magnets et cela me fait penser à tous mes anciens voyages et puis c'est joli. » Il y a donc le côté décoratif, mais pas que.

Manele travaille, elle aussi, d'une boutique de souvenirs sur le Rocher. Elle nous apprend que selon le type de métier des vacanciers, les achats diffèrent. Et parfois, ils peuvent aussi être d'ordre pratique. « Par exemple, les gens qui travaillent dans des bureaux achètent souvent des mugs ou des stylos. Les gens aiment aussi le côté utile des choses. » Les vacanciers sont nombreux à redescendre de la vieille ville avec des petits objets. E parfois, c'est sur la tête qu'ils les portent.

La chaleur n'est sûrement pas étrangère à cela. Mais les éventails aux couleurs de la Principauté sont nombreux dans les mains de ces dames. Et sur la tête des messieurs et des petits garçons, ce sont les casquettes marquées des différentes marques de voiture relative au Grand Prix. Romain et ses deux fils sont des fans inconditionnels de courses automobiles. « À défaut de pouvoir venir le voir en vrai, on aura les casquettes pour nous rappeler que nous sommes passés à Monaco. » Et parmi les milliers de petits objets, certains peuvent sortir de l'ordinaire.

En fouillant dans ces innombrables boutiques, il est possible de trouver quelques petites choses originales. Comme des boîtes à musique par exemple, ou encore des personnages ou des porte-clés solaires ainsi que des boules de Noël, très prisées par les touristes américains. Car comme nous l'explique Gaëlle, qui travaille aussi dans le commerce de souvenirs, « on n'a pas forcément envie de tous ramener la même chose. » C'est pourquoi, elle sillonne les salons de Paris, de Milan ou encore de Barcelone à la recherche de l'originalité.

Et puis, que les souvenirs soient kitsch, pratiques, sportifs ou originaux, ils sont avant tout, sentimentaux.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct