“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Dix photos pour (re)vivre la remise des prix du 43e Festival du cirque de Monte-Carlo

Mis à jour le 24/01/2019 à 10:46 Publié le 24/01/2019 à 10:45
Un chapiteau des grands soirs… pour la remise des trophées de cette 43e édition, à laquelle ont pris part plus de 200 artistes.

Un chapiteau des grands soirs… pour la remise des trophées de cette 43e édition, à laquelle ont pris part plus de 200 artistes. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Dix photos pour (re)vivre la remise des prix du 43e Festival du cirque de Monte-Carlo

Mardi soir, les douze clowns d’or, d’argent et de bronze ont recompensé les numéros les plus impressionnants de cette édition. Couronnant le travail de Gia Eradze et Martin Lacey Jr

Dans la langue russe, on utilise parfois le néologisme français "epatage" pour marquer son étonnement et sa joie.

Dans le cadre du 43e festival international du cirque de Monte-Carlo, on peut parler "d’epatage" au terme du gala des vainqueurs couronné mardi soir, après cinq heures de spectacle, par la remise des clowns d’or, d’argent et de bronze.

Douze au total, saluant la qualité des numéros engagés pour cette édition, que nombreux spécialistes à l’œil critique affûté, ont trouvé exceptionnelle.

Le clown d’or du renouvellement

Il faut dire que la présence du créateur Gia Eradze, patron du Royal Circus de Russie venu avec une centaine d’artistes et un millier de costumes, a renouvelé le genre.
Son tableau sur le thème des œufs de Fabergé, où les danseurs changent de tenue une dizaine de fois en un claquement de doigts, est un des plus impressionnants numéros qu’il a travaillé tout spécialement pour ce rendez-vous en Principauté.

Maestro de cette 43e édition, Martin Lacey Jr a reçu son clown d’or des mains du souverain et de la princesse Stéphanie, récompensant sa virtuosité avec les fauves.
Maestro de cette 43e édition, Martin Lacey Jr a reçu son clown d’or des mains du souverain et de la princesse Stéphanie, récompensant sa virtuosité avec les fauves. Photo Jean-François Ottonello

Le clown d’or qu’il a reçu des mains du prince Albert II et de la princesse Stéphanie, apparaît amplement mérité.

Epatage toujours avec Martin Lacey Jr, auréolé une nouvelle fois d’un clown d’or, d’un prix extraordinaire, du prix du public et du prix du jury junior. Quatre à la suite !

Héritage d’une tradition

Le Britannique repart les bras chargés. Ces mêmes bras qui pendant le spectacle ont fait sensation quand ils enlacent tendrement un lion blanc pour un câlin à haut risque, finalement plein de tendresse.

Héritier d’une famille circassienne, Martin Lacey a montré qu’il était aujourd’hui virtuose de sa discipline, homologuant au passage un record pour le Guinness Book en étant seul en cage entouré de 21 fauves assis. Mais sa plus belle récompense est sûrement la standing-ovation qu’il a reçue mardi soir, sous l’œil de son fils Alexis dans la tribune, applaudissant à tout rompre son papa.

Une manière de montrer que les années passent mais que la tradition du cirque, elle, née il y a plus de 250 ans, demeure. Pour les amateurs, le festival se poursuit jusqu’à dimanche soir…

La princesse Stéphanie a choisi de saluer le travail de la jeune génération de la famille Gärtner, pour leur travail avec les éléphantes.
La princesse Stéphanie a choisi de saluer le travail de la jeune génération de la famille Gärtner, pour leur travail avec les éléphantes. Photo Jean-François Ottonello
Charlotte et Nicolas (originaire de Monaco) recompensés d’un clown de bronze par Pauline Ducruet.
Charlotte et Nicolas (originaire de Monaco) recompensés d’un clown de bronze par Pauline Ducruet. Photo Jean-François Ottonello
Grand artisan de cette 43e édition, le créateur Gia Eradze a reçu son clown d’or, entouré de sa troupe aux costumes flamboyants qui a ravi les spectateurs.
Grand artisan de cette 43e édition, le créateur Gia Eradze a reçu son clown d’or, entouré de sa troupe aux costumes flamboyants qui a ravi les spectateurs. Photo Jean-François Ottonello
Chaque soir, le clown de l’affiche de la première édition ouvre le spectacle.
Chaque soir, le clown de l’affiche de la première édition ouvre le spectacle. Photo Jean-François Ottonello
Le tableau blanc qui cloture le show, pensé par la troupe du Royal Circus de Gia Eradze, oscille entre le rêve et la réalité, à l’image de ce cheval ailé
Le tableau blanc qui cloture le show, pensé par la troupe du Royal Circus de Gia Eradze, oscille entre le rêve et la réalité, à l’image de ce cheval ailé Photo Jean-François Ottonello
Le clown portugais César Dias renouvelle le genre avec son intérpretation toute personnelle de «My way» qui vaut bien le clown de bronze avec lequel il repart cette année.
Le clown portugais César Dias renouvelle le genre avec son intérpretation toute personnelle de «My way» qui vaut bien le clown de bronze avec lequel il repart cette année. Photo Jean-François Ottonello
Autour du souverain, de la princesse Stéphanie, de Pauline Ducruet, de Louis Ducruet et sa fiancé Marie Chevalier mardi, ce sont des fidèles du festival qui ont assisté au spectacle dans la loge princière : le joaillier Yves Piaget, le docteur Jean-Joseph Pastor ainsi que Candice Patou et Robert Hossein.
Autour du souverain, de la princesse Stéphanie, de Pauline Ducruet, de Louis Ducruet et sa fiancé Marie Chevalier mardi, ce sont des fidèles du festival qui ont assisté au spectacle dans la loge princière : le joaillier Yves Piaget, le docteur Jean-Joseph Pastor ainsi que Candice Patou et Robert Hossein. Photo Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.