“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Dix champions oscarisés

Mis à jour le 29/10/2016 à 05:20 Publié le 29/10/2016 à 05:20
Mika Hakkinen a reçu son prix des mains de Louis Ducruet.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Dix champions oscarisés

C'est peu dire que les organisateurs de ce nouvel événement monégasque avaient mis les petits plats dans les grands pour promouvoir cette première édition des Monaco World Sports Legends Award.

C'est peu dire que les organisateurs de ce nouvel événement monégasque avaient mis les petits plats dans les grands pour promouvoir cette première édition des Monaco World Sports Legends Award. Séance d'interviews à l'hôtel Fairmont, conférence de presse, cocktail et dîner à l'Automobile Club mardi et soirée de gala mercredi à l'Hôtel de Paris. Tapis rouge, photocall, podium, smokings et robes longues, on pouvait presque s'imaginer à Los Angeles pour une autre cérémonie des Oscars.

C'était d'ailleurs le souhait de la société Promo Art Monaco qui avait imaginé la manifestation en référence à son illustre modèle américain, déplorant le fait que rien n'existait pour les stars du sport. L'oubli était donc réparé et, sous les ors de la salle Empire, plus de 150 invités se pressaient pour assister à un show parfaitement réglé, mêlant art, mode, glamour et divertissements avant de passer enfin à la remise des récompenses aux dix heureux récipiendaires choisis cette année pour recevoir un impressionnant trophée créé par Marcos Marin.

Dans la salle, quelques VIP côtoyaient des convives aussi hétéroclites qu'élégants pour le plus grand bonheur de la presse people qui se réjouissait d'écouter Lorena Baricalla, ex-danseuse des Ballets de Monte-Carlo et initiatrice de ces oscars, reconvertie en maîtresse de cérémonie pour présenter la soirée en cinq langues.

Un choix éclectique

Et le sport dans tout ça ? Oui, il y avait bien quelques sportifs, et non des moindres, qui ont patienté sagement en s'échangeant des amabilités avant de monter recevoir leur prix des mains de quelques personnalités, parmi lesquelles Christine Barca pour Fight Aids Monaco ou encore Louis Ducruet qui se lance dans le recrutement pour l'ASM football. Un petit moment de gloire mérité était réservé aux deux pilotes monégasques, Charles Leclerc et Stéphane Richelmi, avant de découvrir le palmarès de l'année. Dix sportifs étaient couronnés parmi lesquels quelques incontournables légendes de leur discipline, qui méritaient sans aucun doute l'honneur qui leur était fait.

C'était le cas de Mika Hakkinen, deux fois champion du monde de F1, Giacomo Agostini, quinze fois champion du monde de moto GP, Tia Hellebaut, championne olympique de saut en hauteur, Pernilla Wiberg, deux médailles d'or olympiques et quatre titres mondiaux, Jean-Marie Pfaff, premier vainqueur du titre de meilleur gardien au monde, Carl Fogarty, quatre fois vainqueur des mondiaux de superbike, ou encore Anthony Mc Coy, un jockey irlandais détenteur du plus grand nombre de victoires.

On était plus réservé pour un très exubérant Coréen, grand maître de kung-fu, et pour le Mexicain Victor Tello qui œuvre en faveur des enfants défavorisés par les activités sportives. On était en revanche très heureux pour Yann-Anthony et Lionel Noghès qui recevaient l'oscar au nom de leur grand-père, fondateur du Grand Prix de Monaco en 1929 et du rallye en 1911.

Des objectifs ambitieux

L'objectif affiché de cette nouvelle manifestation est d'attribuer un prix prestigieux à des sportifs d'exception en activité (pas cette année apparemment…) ou ayant terminé leur carrière, ayant laissé leur marque non seulement pour leurs exploits mais aussi pour leur exemple, source d'inspiration pour les nouvelles générations. Pas simple et pour le moins ambitieux, d'autant que les organisateurs ont pour but de promouvoir les valeurs éthiques et morales du sport en tant qu'idéal pour inciter les jeunes à exceller. Un objectif louable, en ces temps difficile, que beaucoup aimeraient atteindre.

Pour Promo Art, cela passe par les empreintes des mains des sportifs primés pour entrer au Panthéon des légendes mondiales du sport. Rien de moins… L'idée d'intégrer les heureux élus de cette année dans le jury qui choisira les prochains nominés est à souligner.

Cette première édition n'a pas connu de ratés et a eu le mérite de mettre le sport à l'honneur, de façon peut-être un peu trop confidentielle, mais reste sans aucun doute un événement qui doit perdurer en Principauté, peut-être pas en même temps que le Sportel ou la coupe d'Europe de basket. Il y a une place à prendre et à trouver pour cette manifestation. Il ne fallait pas se rater pour la première : cet objectif est déjà atteint.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.