“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Diamond dance, l'union réussie de la danse classique et du hip-hop, à découvrir à Cannes en décembre

Mis à jour le 06/12/2018 à 11:18 Publié le 06/12/2018 à 11:30
Des danseurs urbains ou classiques unis par une même exigence, une rigueur commune.

Des danseurs urbains ou classiques unis par une même exigence, une rigueur commune. Photo DR

Diamond dance, l'union réussie de la danse classique et du hip-hop, à découvrir à Cannes en décembre

En tournée en France, cette création d'Indigo production sera présentée à Marseille le 14 décembre et à Cannes le 16 décembre prochain. Un spectacle multifacettes!

Le hip-hop et la danse classique, deux planètes diamétralement opposées? Deux mondes qui ne se fréquentent pas, ou pire, qui s'ignorent ?

Oubliez ces a priori! Avec Diamond dance the musical, la nouvelle création d'Indigo production (Irish celtic, Soy de Cuba, Dirty dancing) vous allez recevoir, une heure quarante-cinq durant, l'éclatante démonstration du contraire.

Un show réglé au millimètre près, servi par vingt danseurs triés sur leur volet ainsi que par trois musiciens classiques, prétextes à des séquences au rythme plus délié.

Photo DR

Fusion artistique inouïe

"Le brassage des cultures a toujours fait partie de notre ADN, explique Nicolas Ferru, le producteur, rencontré lors de la première à Lyon. Depuis plus de vingt ans, nous cultivons le goût du risque! Avec Julie Dayan (co-auteur et directeur artistique) et Mickaël Xerri, (metteur en scène et directeur artistique) nous avions en tête un spectacle inspiré des films Sexy dance. Nos dix années de collaboration ont permis au projet d'arriver à maturation. De proposer cette fusion artistique inouïe."

Côté pitch, une histoire assez simple, que celle de Diamond dance : enfant du hip-hop, Raph ( Benjamin Akl, précédemment Johhny Castle dans Dirty dancing) est responsable d'un studio de danse à Los Angeles, dont il peine à assumer les factures et qui va en outre être ravagé par un incendie.

Pour faire face à cette accumulation de galères, il décide de participer avec son crew à la compétition L.A. danse contest.

Photo DR
Photo DR

Le destin va alors mettre sur son chemin Marie, (Andie Masazza) danseuse classique issue d'un milieu aisé.

Une rencontre improbable, mais qui va cependant se muer en une tendre complicité, ces deux êtres en apparence contraires vibrant au diapason pour la danse, quelle que soit sa forme d'expression finalement.

Phrases-punchline en alternance avec du slam, chorégraphies époustouflantes sur fond de mapping vidéo, donnent l'impression au public d'assister à un film sur scène. Et à une fusion entre le hip-hop et le classique, en forme d'hymne au mélange des genres et à la diversité.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct