“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Deux cas de plus sur la Côte d’Azur et une rentrée troublée

Mis à jour le 02/03/2020 à 11:44 Publié le 02/03/2020 à 11:43
Plus de voyages scolaires à l’étranger pour les élèves qui font leur rentrée aujourd’hui après deux semaines de vacances.

Plus de voyages scolaires à l’étranger pour les élèves qui font leur rentrée aujourd’hui après deux semaines de vacances. d’illustration J.-F. Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Deux cas de plus sur la Côte d’Azur et une rentrée troublée

On compte désormais sept cas positifs sur la Côte d’Azur. Le recteur a confirmé hier que le gouvernement français avait changé de position : les élèves venant de zones à risque ne devront finalement pas observer de quarantaine sauf s’ils arrivent de Chine, de l’Oise ou de Haute-Savoie

Al’occasion d’une conférence de presse, le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez a fait le point, hier soir, sur la situation dans le département.

Les sept cas positifs ont séjourné en Italie

Il y a désormais sept patients hospitalisés à cause du coronavirus dans les Alpes-Maritimes, selon le préfet Bernard Gonzalez. Tous ont séjourné en Italie.

Deux nouveaux cas sont apparus ce week-end : un adolescent de 15 ans qui revient de Venise et une femme 23 ans liée au ressortissant monégasque hospitalisé vendredi.

Parmi les malades, un retraité italien est en réanimation.

Seize tests étaient en cours hier après-midi en attente de résultats. Les six tests du matin se sont révélés négatifs.

Les élèves invités à aller en classe

Le passage au stade 2 du plan de prévention n’implique plus les mesures de confinement de quinze jours. Un changement de stratégie pas toujours évident à comprendre pour les parents d’élèves en cette rentrée.

« Nous savons désormais que le virus circule. L’existence de deux clusters (zones de circulation du virus dans l’Oise et en Haute-Savoie) confirme que la phase d’endiguement n’a plus lieu d’être », explique le Dr François Valli, directeur médical du Samu. « Je comprends la légitime incompréhension face à ce changement de posture. mais quand le virus est présent, au milieu de nous, il faut s’adapter. »

Devant ce changement brutal de consigne, le préfet Gonzalez estime que la journée de rentrée scolaire et dans les entreprises sera « une journée de transition ».

Élèves et professeurs restent invités à aller en classe hormis ceux qui auraient séjourné dans la province chinoise du Hubei ou les deux zones sensibles françaises.

L’accent sera évidemment mis sur le lavage des mains des élèves avec de l’eau et du savon, précisent les médecins. Le gel hydroalcoolique n’étant qu’un recours.

Plus aucun voyage de classe à l’étranger

« A partir de demain (lire aujourd’hui) les voyages scolaires à l’étranger sont désormais interdits », confirme le recteur Richard Lagagnier, appliquant la décision du gouvernement prise samedi.

Le but est de limiter la mobilité des élèves. L’objectif étant de retarder la diffusion la plus large du virus.

Quand appeler le 15 ?

Alors que le coronavirus gagne du terrain, les services de santé doivent aussi faire face à l’épidémie de la grippe saisonnière.

Le directeur médical du Samu rappelle que les personnes qui présentent des symptômes grippaux (courbatures, fièvre...) n’ont pas à appeler le 15 si elles n’ont pas séjourné dans des régions à risque. « Sinon elles encombrent inutilement les services d’urgence ».

A quoi s’attendre cette semaine ?

Va-t-on rapidement basculer au stade 3, le stade épidémique ? Personne ne peut le dire.

Alors que le nombre de tests à Nice doit croître cette semaine, il paraît logique que le nombre de cas positifs continue de progresser. « Nous prenons des mesures dynamiques pour nous adapter à l’évolution de la situation », explique le Dr Valli. Le but étant de freiner le plus possible la propagation élargie du virus, retarder voire éviter le stade 3.

Les hôpitaux de la région sont-ils prêts ?

L’hôpital L’Archet à Nice dispose de 11 lits pour les malades adultes, avec une unité médicale dédiée et une unité ambulatoire. Lenval est également équipé pour l’admission d’enfants. D’autres hôpitaux et cliniques du département sont en pré-alerte.

Au fil des semaines, le Samu avance l’hypothèse qu’il faudra concentrer les ressources sur les cas les plus graves. Les médecins de ville prendront à terme le relais.

« On les a déjà réunis pour les modalités », précise le directeur de l’Agence régionale de santé, Philippe de Mester.

Il est probable que dans quelque temps, les malades, s’ils ne présentent pas de complications, resteront alités chez eux.

Quid des manifestations culturelles ?

L’annulation ou le report de tout événement public de plus de 5 000 personnes dans un espace confiné s’applique également dans les Alpes-Maritimes (Mipim et semi-marathon de Cannes, foire Nice)

. «Pour les autres manifestations, nous déciderons au cas par cas avec les maires », ajoute le préfet.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.