“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Deux Azuréens, Laura Parrado et Gilles San Juan, vont jouer ce samedi soir leur place à "The Voice"

Mis à jour le 27/04/2019 à 19:07 Publié le 27/04/2019 à 19:07
Laura Parrado monte ce samedi sur le ring pour mettre KO les autres candidats.

Laura Parrado monte ce samedi sur le ring pour mettre KO les autres candidats. Photo BUREAU 233 / ITV /TF1

Deux Azuréens, Laura Parrado et Gilles San Juan, vont jouer ce samedi soir leur place à "The Voice"

L’Antiboise Laura Parrado et le Cannois Gilles San Juan s’affrontent dès 21 heures sur TF1 pour garder leur place dans le concours. Tous deux évoluent dans l’équipe coachée par Julien Clerc.

Micro et voix comme gants de boxe. Après avoir décroché leur place dans The Voice lors des auditions à l’aveugle, Laura Parrado et Gilles San Juan participent ce soir à la dernière étape des KO.

L’Antiboise et le Cannois s’affronteront sur TF1 aux côtés des membres de leur équipe pour voir leur coach Julien Clerc décider de la suite de leur aventure.

Trois possibilités s’offrent alors à eux: la qualification directe pour les battles, l’élimination et le ballottage. Cette dernière option leur demande de patienter jusqu’à la fin de l’émission pour être fixés sur leur sort.

Un choix risqué pour leur coach car, il peut voir ses candidats être "volés" par ses confrères Soprano, Mika et Jenifer. Une soirée pleine de suspense pour ces deux talents portant les couleurs de la Côte d’Azur.

Laura Parrado: "Je vais changer d'univers" 

Après avoir subjugué le public avec sa prestation en hommage aux victimes du Bataclan (1) lors des auditions à l’aveugle, Laura Parrado remonte sur le plateau de The Voice.

Comment vous sentez-vous à l’approche du prime?
Je suis assez stressée. Je n’ai pas envie de décevoir mon coach. Je pense que je prends un risque par rapport à ce que je vais interpréter. Il s’agit de quelque chose de complètement différent.

Vous ne pouvez pas nous révéler le titre, mais pourquoi souhaitiez-vous changer d’univers?
Je voulais montrer une autre facette de ma personnalité. Je sors de ma zone de confort. C’est aussi un petit challenge personnel parce que je ne suis pas du tout habituée à évoluer dans ce genre-ci.

Comment se passe le coaching avec Julien Clerc?
Il donne de précieux conseils. Beaucoup de choses que j’ai envie d’appliquer pour ne pas le décevoir. Et cela m’aide énormément. Quand quelqu’un d’aussi professionnel que lui avec une aussi grande carrière vous fait remarquer des petites choses, si infimes soient-elles, vous l’écoutez.

Se confronter aux membres de son équipe: un exercice difficile?
Effectivement, dans cette saison c’est la première fois que les KO apparaissent. C’est assez déstabilisant puisque dans notre équipe il n’y a pas du tout de compétition, nous sommes soudés. On a plus l’impression de partager une aventure humaine qu’un concours.

Au final j’appréhende les choses en pensant à m’éclater. Ce sera peut-être la dernière fois que je monte sur cette scène.

À quoi pensez-vous juste avant d’y monter ? Je pense à tout ce que je dois mettre en application, à ce que l’on a travaillé durant le coaching. Et je suis très excitée.

Comment vivez-vous votre nouvelle notoriété?
J’essaie de prendre énormément de recul par rapport à tout ça. C’est surprenant, évidemment, on n’a pas l’habitude. En tout cas, je suis très touchée par ce que les gens m’écrivent.

Étrange de se voir à la télé?
C’est plutôt bizarre de se voir, oui! En fait, quand je me suis vue, j’ai revécu le moment, c’était très fort, magique. J’étais heureuse de partager ça avec ma famille et mes amis.

Votre quotidien a-t-il changé pour s’adapter à l’émission?
Étant en première année de médecine, je n’ai pas de temps pour autre chose. Quand je ne chante pas je travaille et quand je ne travaille pas, je chante! Ce n’est pas forcément évident de mener de front les deux. Mais en même temps, cela crée un équilibre: quand je n’ai pas trop le moral au niveau de mes études, The Voice est là.

Vous êtes superstitieuse?
Oh, je ne dirai pas cela. Mais effectivement j’ai des petites choses avec moi, déjà sur les auditions à l’aveugle. Comme des bracelets, des bijoux. Et j’ai aussi mon doudou!

1. Elle a interprété Les Enfant du paradis de Damien Saez. 

Gilles San Juan, le ténor du micro va faire le show

Gilles San Juan, de retour sur la scène de The Voice, ce samedi soir à partir de 21 h sur TF1.
Gilles San Juan, de retour sur la scène de The Voice, ce samedi soir à partir de 21 h sur TF1. Photo BUREAU 233 / ITV /TF1

Ouf, le matador-tenor du micro a réussi à prendre le taureau par les cornes, et le jury par ses cordes. À mi-chanson lors des auditions à l’aveugle, malgré un stress à demi-ton, le Cannois Gilles San Juan a fait buzzer Julien Clerc.

Drôle de tango (il a chanté du Piazzolla, façon Grace Jones) entre le chanteur lyrique et le maître de la chanson française. Deux "doyens", une âme d’artistes en commun.

"Libertango, c’est un morceau original, un véritable piège à coach. J’espérais bien que Julien Clerc se retourne!, se réjouit encore Gilles. Pour l’épreuve des KO, il m’a donné des conseils d’interprétation et de phrasé. Il m’a aussi appris à me mettre davantage en valeur, notamment en chantant sur un pont musical normalement sans paroles. C’est quelqu’un de très bienveillant, toujours à l’écoute, un grand pro".

Pour jouer sa place dans le concours, Gilles le ténébreux a fait tomber le blouson cuir pour un ensemble jaune et noir, "avec des chaussures assorties qui n’ont pas laissé le jury indifférent, Mika en particulier!".

Mais ce n’est pas seulement par le look que le candidat entend impressionner. "Mon changement d’allure s’accompagne aussi d’un total changement de registre, car j’aime bien me vêtir en accord avec ce que je chante, revendique le latino. Je ne vous dévoilerai pas le titre, mais tout ce que je peux vous dire, c’est que le plateau, avec le jury et le public, s’est soudain transformé en dance-floor."

Pour se révéler à nouveau, San Juan n’a pas seulement usé de son talent. Il a aussi ravivé sa mémoire sensorielle. "C’était quelque chose que j’avais enfoui en moi depuis trente ans. Je vais inévitablement parler de Cannes, parce que c’est avec ce titre que je suis monté sur scène pour la première fois. J’avais alors 17 ans, et je ne l’ai quasiment pas repris depuis".

Partition forcément riche en émotions. Retour vers le futur aussi. Car quelle que soit l’issue de The Voice, l’émission ouvre aussi des portes sur l’avenir.

Ne surfe pas uniquement sur le souvenir. "Grâce à l’émission, j’ai déjà été contacté pour participer au casting d’une grosse production à Paris, c’est une grosse exposition médiatique", constate celui qui compte pourtant nombre de concerts lyriques à travers le monde.

Comédien formé par Julien Bertheau à Antibes, ténor bel canto issu de l’Opéra de Nice, Gilles sera de retour sur la Côte en octobre et novembre pour le festival de comédies musicales et opérette. The Voice ou pas, plus d’une corde à sa voix...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.