“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des travaux de restitution du mobilier, de jardinage et de façades

Mis à jour le 17/03/2018 à 05:08 Publié le 17/03/2018 à 05:08
La villa Eileen Gray, sur le sentier du littoral.

Des travaux de restitution du mobilier, de jardinage et de façades

Il faudra attendre le printemps 2 020 pour que l'association Cap Moderne soit définitivement délivrée de l'exploitation des lieux.

Il faudra attendre le printemps 2 020 pour que l'association Cap Moderne soit définitivement délivrée de l'exploitation des lieux. Le temps que les travaux de restauration, démarrés en 2014, soient terminés. Chantier qui aura nécessité 4,5 millions d'euros, financés par les collectivités et établissements publics, ainsi que pour moitié par des mécènes privés.

À ce jour, que reste-t-il à faire ? « Nous avons une incertitude concernant la structure de la villa. Nous sommes en phase de mesure de sa solidité. Si elle s'avère trop fragile, des travaux devront être entrepris », explique Magda Rebutato, vice-présidente de Cap moderne.

« La restitution du mobilier est en cours. On travaille actuellement sur la cuisine d'hiver et d'été ainsi que le réservoir d'eau en béton. Il servait à recueillir l'eau de pluie pour arroser le jardin mais il a été démoli par le propriétaire après la mort de Jean Badovici. » Étape suivante : les façades et leurs volets accrochés sur des rails. Ainsi que le jardin.

Des travaux de restauration aussi complexes que fascinants. « La villa peut être considérée comme un laboratoire d'architecture moderne. On en est à la première ère de la restauration patrimoniale du XXe siècle. Il y a tout une théorie à forger », souligne la responsable. Ajoutant que la maison a de particulier que le nom d'Eileen Gray avait dans un premier temps disparu. Au profit de celui de Badovici.

« Elle s'était associée à lui, qui avait les compétences en architecture. Mais l'équipement vient d'elle. Or, l'intérêt de la maison, ce sont les espaces intérieurs, là où elle a œuvré. » Et c'est la vente pour un prix record de son « fauteuil aux dragons » qui l'aura définitivement réhabilitée aux yeux du grand public, en 2009.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct